You're viewing an original article from MusicRadar.com. An English translation is coming soon.

Mikkey Dee : Aftershock et ses 5 conseils de pro pour les batteurs

"La batterie est un putain d'instrument qu'il faut savoir cogner !"

À 50 ans, le batteur de Mötorhead Mikkey Dee est encore plein d'énergie. Avec Lemmy que l'on ne présente plus et son pote Phil Campbell, ils sortent Aftershock, 21ème album du groupe anglais. On pourrait alors penser qu'après tant d'années à écumer les routes et les studios, le groupe se soit lassé de produire de nouveaux titres. Non, le groupe est toujours aussi fougueux et inventif. Mikkey nous parle de ce nouvel album et nous livre quelques conseils pour améliorer son jeu de batterie.

Après toutes ces années, comment faites-vous pour rester aussi innovant ?

Ce n'est pas difficile. Chaque tournée nous inspire, puis on puise des idées dans notre passé. Chaque album représente un moment de notre vie. Et puis on est toujours aussi potes, et on s'entend bien musicalement, alors lorsque vient le moment d'enregistrer un nouvel album, on n'est jamais pris de court.

Les fans s'attendent-ils à ce type d'album ?

J'espère. On ne pense pas à cela lorsque l'on compose. Après, si nos fans l'apprécient c'est un bonus non négligeable, mais si ce n'est pas le cas, on peut le comprendre aussi. Et même si l'on nous dit que c'est l'album le plus merdique de notre discographie, on est prêts à écouter l'argumentaire afin de comprendre pourquoi. Mais sincèrement, je pense qu'il sera bien accueilli, car il est très ouvert musicalement.

Mötorhead est l'une des plus grandes figures du rock. Vous ne semblez pas vous reposer sur vos lauriers afin de faire évoluer le style. Êtes-vous influencés par le travail effectué par les jeunes groupes du genre ?

Oui, et j'ai déjà évoqué le sujet. Certaines personnes nous disent que certains de nos titres sonnent comme AC-DC en plus rapide, ou comme du ZZ Top ou du Rolling Stones. Certaines plans peuvent leur ressembler, mais ce n'est pas intentionnel. On s'inspire directement entre nous. Puis il faut noter que c'est le 5ème album avec Cameron Webb (ingénieur du son), alors on voulait changer de cap. Quand il a produit Interfo, il nous a amenés dans une nouvelle direction et nous a poussés à aller plus loin que nous aurions pu l'imaginer. Les autres albums se sont ensuite enchaînés normalement, jusqu'à celui-ci qui nous pousse encore plus loin.

Lorsque vous êtes dans la phase de composition, gardez-vous le même procédé que par le passé ou expérimentez-vous?

C'est toujours le même et fastidieux travail. C'est ce qu'il y a de plus ennuyeux. Tout le monde pense que l'on est tous autour d'une table, qu'on écrit des paroles et le tour est joué. On reste frais et spontanés. Phil (Campbell, guitariste) et moi essayons de composer autant de musique que nous pouvons et Lemmy s'occupe des textes de son côté puis on assemble le tout ensuite pour voir ce qui fonctionne ou pas.

Allez-vous chercher dans des genres totalement différents pour essayer de varier votre jeu ?

Pas vraiment en fait. On a déjà essayé de le faire dans le passé et on s'est rapidement rendu compte que ça ne fonctionnait pas avec Mötorhead. On a essayé de faire des démos comme les autres groupes, mais ça ne marche pas, on a une façon de faire tellement directe. On est juste comme un vieux chien qui a besoin d'une bonne douche parfois pour repartir de plus belle (rires) !

Idem pour l'enregistrement, tout est live, direct ?

Oui carrément ! Personne ne nous croit lorsqu'on dit que les morceaux enregistrés pour cet album font déjà partie du passé du groupe. Si l'on écrivait aujourd'hui, l'album serait différent parce que 7 mois se sont déjà écoulés. Mais ce qui est bien est que chaque album me permet de me souvenir de mon état d'esprit à un moment donné de ma vie.

Vous avez sorti plus de 20 albums. Est-ce essentiel d'être constamment présent sur le marché ?

Ce n'est pas un besoin d'être sur le marché, on aime simplement sortir des nouvelles chansons régulièrement. C'est juste que l'on n'était pas prêts l'année dernière. On a le choix de décider

Lemmy est très prolifique dans l'écriture des paroles. Est-ce la raison pour laquelle tout va toujours aussi vite pour Mötorhead ?

Lemmy s'occupe de tous les textes, il excelle véritablement dans ce processus. Je ne sais vraiment pas comment il réussit à écrire autant. Il pourrait être là dans la pièce, avec cette interview qui se déroule, et arriver au bout de quelques minutes avec un texte terminé. Phil et moi sommes arrivés à un point où il en est de même pour la musique. Du coup, la combinaison est parfaite.

"Disons que Lemmy ne joue pas de basse, il joue plutôt de la guitare sur une basse !"

Avoir un bassiste comme frontman du groupe doit t'aider également pour créer tes parties de batterie ?

Disons que Lemmy ne joue pas de basse, il joue plutôt de la guitare sur une basse ! (rires) Il n'a pas un jeu traditionnel. Mais lorsque l'on compose, on garde toujours en tête ce qu'il pourrait jouer. Et il est toujours avec nous lors de la composition des musiques.

Du fait de la formation trio, dois-tu te réfréner afin de ne pas trop jouer de plans ?

Non, avec Mötorhead, je peux quasiment me permettre de jouer des solos tout au long de la chanson ou faire du Charlie Watts et là tu t'endors ! Si je dois comparer notre musique à un tableau, il faut que l'on arrive à un résultat en noir et blanc en y mettant de la couleur... C'est un travail difficile. Comment apporter quelque chose de différent en restant dans le contexte de la chanson.

Crédit : Peb Bonet

Le matos batterie ne cesse d'évoluer, as-tu effectué des changements sur ton kit ?

Je joue sur Sonar depuis 30 ans, des cymbales Paiste. Sonar SQ2 qui est le top du top de cette marque. J'ai une caisse claire signature chez eux également qui correspond exactement à celle que je joue (14"x7,25") avec le design spécialement conçu à l'effigie du groupe. J'ai toujours les pédales DW. En ce qui concerne les baguettes, j'ai des modèles spéciaux chez Wincent. Au fur et à mesure des années, j'ai mis à jour mon matériel. J'ai tellement tourné que j'en ai détruit du matos (rires) !

Y a-t-il des éléments que tu aurais aimé ajouter à ta batterie, mais qui ne correspondaient pas au son Mötorhead ?

Oh tu sais, je suis très libre de ce côté, je peux apporter ce que je veux. Mais il faut que je reste cohérent, je ne vais pas rapporter des bongos par exemple. J'ai ce qu'il me faut pour jouer du Mötorhead de la meilleure façon possible.

Quel est ton avis sur les batteries électroniques ?

J'en ai une de Yamaha. C'est franchement intéressant, mais ça ne peut pas fonctionner pour le live. C'est bien pour s'entraîner dans sa chambre, voire faire des petits enregistrements. Pourtant, je ne recommande pas ce type d'instrument pour les débutants. Quelqu'un qui commence doit jouer sur une acoustique parce que l'on ne joue pas de la même façon sur ces deux configurations.

5 conseils pour améliorer son jeu de batterie

1. S'entraîner sans cesse

Il ne devrait y avoir qu'un seul conseil à donner : celui de s'entraîner sans relâche. Beaucoup de batteurs semblent l'oublier. Certains peuvent être bons, rapides, mais il faut savoir que l'on n'est pas un bon batteur, même après 10 ans de pratique. Il faut s'imposer une routine et gagner en expérience.

2. Aimer son instrument

Ça peut paraître cliché, mais c'est totalement vrai. Je connais des batteurs qui jouent dans un groupe, mais qui n'ont pas l'air d'être heureux de jouer leur instrument. Il faut être fusionnel avec son kit. Si tu vas dans la rue et que tu croises une fille qui te plaît, au bout d'un moment tu te poses la question de savoir si c'est elle qui sera à tes côtés jusqu'à la fin de ta vie. Là c'est pareil : vais-je me marier avec ma putain de batterie ?

3. Avoir confiance en soi

Il faut toujours garder en tête l'idée que l'on sait jouer et que l'on est capable de s'adapter à toutes les situations. Dans un groupe, si quelque chose ne va pas, c'est toujours de la faute du batteur ! (rires) Si l'on ralentit, c'est la faute du batteur, si l'on accélère, c'est la faute du batteur. Et même si le guitariste ne peut pas jouer son putain de riff alors que la batterie est bonne, c'est la faute du batteur ! Rien que pour ça, il faut être capable de prendre sur soi. C'est là que l'on peut se permettre de dire aux autres joueurs à quel point ils ont tort. J'enregistre les shows et je les leur fais écouter.

4. Jouer avec d'autres musiciens

Mais on ne peut se faire taper dessus que si l'on joue avec d'autres personnes. Il est nécessaire de sortir de sa chambre et d'aller jouer en concert, répéter avec un groupe.

5. Rester en forme physique

Je le dis souvent, mais la batterie est un instrument que l'on frappe. Une chanson jouée sur le même kit par 5 batteurs différents ne sonnera pas de la même façon. Tu obtiens obligatoirement 5 chansons différentes parce que la puissance n'est simplement pas la même. Il faut savoir nuancer, et on peut le faire que si l'on est capable de frapper fort pour pouvoir nuancer par la suite. C'est pour cela qu'il faut avoir un poignet souple, mais costaud. C'est le bois qu'il faut faire sonner, pas simplement faire entrer la peau en résonance. La batterie est un putain d'instrument qu'il faut savoir cogner !

You might like:

Around the web:


Comment on Facebook