Créer des lignes de basses plus massives sur synthé

Apprenez à booster vos lignes de basse grâce au layering

Parfois, lorsque vous programmez une partie basse ou de synthé vous êtes satisfaits de la prise, mais cette dernière n'a pas le son que vous souhaitez. L'erreur que font beaucoup de gens pour résoudre ce problème consiste à ajouter des parties instrumentales pour donner de l'ampleur au mix. Bien que cette approche puisse parfois fonctionner, cela peut mener à un résultat global confus où les différentes parties ne trouvent pas leur place dans le mix.

L'une des alternatives les plus intéressantes que nous allons aborder dans ce tutoriel est de tirer davantage profit de vos parties et de la superposition de couches ou layering. Nous vous montrerons ici comment maximiser le potentiel de ce que vous avez déjà enregistré.

Choisir les bon sons pour épaissir les parties synthé déjà existantes constitue le plus gros du travail à réaliser. La clé est en fait de choisir des patchs possédant des qualités que les autres n'ont pas. Par exemple, mixer des sons heavy avec des basses fréquences à d'autres sons heavy avec des hautes fréquences. Cela permet d'obtenir un spectre sonore plus complet.

Dites-vous que même en ayant sélectionné les meilleurs sons qui soient, il vous faudra souvent les traiter. Dans cet exemple nous avons utilisé un égaliseur et avons ajouté de la dynamique pour nous assurer que les différentes couches de sons formeraient un ensemble cohérent.


Étape 1 : Votre point de départ sera une ligne de basse sur synthé, et dans ce cas, une progression d'accords. Nous l'utiliserons comme base pour nos autres parties et nous dupliquerons toute la piste ou certaines parties de cette dernière pour créer nos couches successives. Combiné à quelques traitements, nous allons obtenir un son bien plus intéressant que l'original.

Étape 2 : Comme le son de base était une séquence composée d'accords, nous dupliquons cette partie en n'utilisant que la fondamentale. Le son original contenait quelques haut-médiums, nous allons donc nous créer une couche permettant d'étendre les basses fréquences. Une simple partie de basse jouée sur le synthé modulaire virtuel Diva ajoute les fréquences basses nécessaires en plus de procurer une dynamique.

Étape 3 : Maintenant que nous avons couvert les fréquences basses et les haut-médiums, nous pouvons nous occuper des bas-médiums. Nous ajoutons un troisième synthé et comme nous avons déjà utilisé un patch mono, un synthé possédant une image stéréo plus large peut fonctionner ici. Nous choisissons le Korg Polysix couvre cette partie du spectre (bas-médiums) et laisser amplement résonner les unissons.

ÉTAPE 4: Il est temps de sculpter chacune des couches avec un égaliseur ou des filtres. Pour ce tutoriel, les sons ont été sélectionnés avec soin, il n'y a donc pas énormément de retouches à faire. Nous utilisons un filtre "shelving" (qui boost certaines fréquences, et n'agit pas comme un cut-off, ndj) pour enlever quelques graves du Polysix. Cela permet de remettre un peu en avant le patch Diva et donc d'équilibrer le tout.

ÉTAPE 5 : Essayez maintenant de jouer les parties dupliquées en même temps que la partie originale. Toutes les parties devraient bien sonner, mais quelques petits ajustements peuvent encore être réalisés. Le plus gros du travail final consiste probablement à jouer avec les niveaux des différentes parties. Vous pouvez, une fois que c'est fait, introduire vos nouveaux sons un par un dans le mix.

ÉTAPE 6 : Si vos trois sons fonctionnent bien ensemble vous allez pouvoir les grouper au sein d'un même bus pour leur appliquer le même traitement. Dans le cas présent, nous utilisons un compresseur et un limiteur pour dompter les dynamiques et nous assurer qu'aucun élément disgracieux ne ressort du mix. Le résultat final est ensuite mixé avec le reste du projet.


Laisser un commentaire Facebook