Novation Bass Station II

Une nouvelle version améliorée au potentiel sonore très impresionant

La Bass Station originale de Novation fût lancée il y a déjà 20 ans maintenant. Comme vous le savez sans doute, elle connut un succès énorme et il n'est peut-être pas inutile de rappeler pourquoi. Le paysage de la musique assistée par ordinateur était bien différent en 1993 ; les grands séquenceurs que nous connaissons aujourd'hui étaient inexistants, très peu de gens comprenaient le terme d'instrument logiciel et encore plus important, les magasins high-tech étaient bourrés de produits issus de la fin de la révolution S+S (Sample + Synthétiseurs). Ces derniers produisaient de riches sons polyphoniques conçus à partir de formes d'ondes numériques collées à de courts samples.

C'est dans ce contexte que fût lancé le synthé analogique mono de Novation, et comme son nom le suggère, il s'agissait d'un produit de niche pour créer des basses. Des années auparavant, le TB-303 de Roland avait déjà prouvé que certains idéaux méritaient d'êtres poursuivis et mis en application. La Bass Station de Novation ne fît que confirmer cette idée.

Roland TB-303

Par extension, cela a aidé à ouvrir l'appétit actuel pour l'analogique. Mais avec des synthés analogiques aujourd'hui crées par Moog, Arturia, DSI et d'autres marques qui entrent directement en concurrence avec la Bass Station, la version II possède-t'elle assez de munitions pour rentrer dans la bataille sans y laisser la peau ?

De la basse dans la place

Les caractéristiques de ce synthé parlent d'elles-mêmes. D'abord, la finition de ce modèle rappelle l'original également en bleu et noir (ci-dessous), mais tous les boutons et les interrupteurs ont été remplacés par un ensemble de contrôles désormais plus tactiles incluant notamment des sliders, des potards et des switches.

La Bass Station originale

"Le gros rotacteur de cutoff situé dans le coin supérieur droit est idéalement placé et permet un contrôle immédiat et efficace"

Le gros rotacteur de cutoff (qui comme son nom l'indique permet de déterminer la fréquence de coupure des filtres) situé dans le coin supérieur droit est idéalement placé et permet un contrôle immédiat et efficace.

L'architecture du synthé est conçue comme telle : alors que cette version intègre deux oscillateurs analogiques principaux, ces derniers sont contrôlés numériquement (ce sont des DCO et non des VCO contrôlés en tension). Ce nouveau modèle intègre 4 formes d'ondes poussées encore plus loin par un sub-oscillateur qui en offre trois supplémentaires. Le pitch du sub-oscillateur est 'vérouillé' sur celui de l'oscillateur 1 et peut jouer soit une soit deux octaves au-dessous.

Éditer chaque oscillateur implique de sélectionner le premier ou le deuxième oscillateur via un interrupteur puis d'ajuster les différents paramètres : Waveform, Coarse, Fine tuning, Modulation Envelope Depth (profondeur de l'enveloppe de modulation) LFO1 Depth (profondeur de l'oscillateur basses fréquences 1) et Pulse Width (largeur d'impulsion) pouvant être contrôllés par l'enveloppe de modulation ou le LFO 2.

À droite des réglages d'oscillateurs se situe une section Mixer qui vous permet de mixer les volumes des oscillateurs et du Sub-oscillateur. Un toggle switch situé entre les 4 potentiomètres peut aussi être enclenché pour contrôler le volume d'un périphérique externe, de la modulation en anneau ou du générateur de bruits.

Vient ensuite la section filtre qui a été modifiée de façon significative par rapport au modèle original. L'option 'Classic' reprend les caractéristiques du filtre originel de la Bass Station. Ce dernier était éraillé, puissant et constituait l'intérêt principal de ce synthé.

Les capacités sonores de ce filtre original ont été améliorées pour dépasser le simple passe-bas. Vous avez maintenant également accès à des options de passe-haut et de passe-bande, toutes disponibles en 12dB ou 24dB pour un son plus extrême et agressif. Un nouveau type de filtre fait également son apparition, Acid. Comme son nom le suggère, ce dernier permet d'émuler des sons évoquant la 303. Mise en relation avec le contrôle de résonance, on peut vous assurer qu'il fera baver plus d'un joueur de synthé.

Station de modulation

En dessous de ces modules qui permettent de sculpter le son, un panneau inférieur rassemble les contrôles de modulations. Il y a deux LFO à formes d'ondes variables, ainsi qu'un switch permettant de sélectionner vitesse ou delay. Vous pouvez choisir entre deux enveloppes (Amp et Modulation) ou les combiner. Ces dernières se partagent les curseurs d'ADSR (Attack, Decay, Sustain, Release). Les deux LFO doivent être sélectionnés indépendamment (ou ensemble) via les interrupteurs avant que des changements puissent être effectués.

Enfin, la Bass Station intègre une section d'effets possédant seulement deux contrôles : Distorsion (post filtrage) et Oscillator Filter Mod qui joue avec le niveau en utilisant l'oscillateur 2 comme source.

Ceux qui s'attendaient à du Delay ou du Chorus seront peut être déçus, mais les deux contrôles offrent une palette sonore intéressante qui booste sacrément la personnalité de la Bass Station. À gauche, une section vous permet d'ajouter du Portamento avec un temps de Glide variable. La section la plus à gauche, quant à elle, est celle de l'arpégiateur et des options de séquenceur.

Soyons honnêtes, l'ensemble de ces options font déjà de ce modèle un sacré synthé et pourtant ce n'est pas fini ! À ces options s'ajoute une série de boutons de Fonction qui peuvent être activés et désactivés lorsque vous pressez une touche du clavier en même temps qu'eux.

Ces fonctions sont réparties dans des sous-catégories écrites au-dessus des touches, ce qui est bien pratique pour s'y retrouver. Vous trouverez par exemple les fonctions 'Mod Wheel', 'Aftertouch' ou 'LFO' pour ne citer que quelques exemples.

"L'affichage limité vous force à faire davantage confiance à vos oreilles qu'à vos yeux ce qui n'est pas une mauvaise chose"

Ces types de changements de paramètres pour les fonctions 'clés' sont toujours un peu complexes au début. Mais, après quelques heures passées en compagnie de la Bass Station vous les manierez sans aucun problème. Il serait intéresssant de voir comment Novation les mettrez en oeuvre si, comme l'original, la Bass Station II connaissait un équivalent rack.

Une fois de plus, c'est un compromis, mais cela vous force à utiliser (et à fortiori à faire confiance) à vos oreilles. Passer un peu de temps à tourner ces boutons pour voir ce que la Bass Station II a dans le ventre paie. Et, tout comme son prédécesseur, ce synthé est capable de produire bien plus que de superbes lignes de basses.

Bien sûr, la bête excelle dans ce domaine, avec ses filtres améliorés qui produisent des basses épaisses, dynamiques et tranchantes. En ce sens, et avec la mode de l'Electro Dance Music, cette renaissance ne pouvait pas mieux tomber. L'intégration d'un arpégiateur et d'un Step Séquenceur attirera cependant des producteurs de styles très différents. Enfin, et puisque c'est ce que vous voulez tous savoir depuis la première ligne de ce test, nous vous confirmons que la Bass Station II est la digne héritière de l'originale !

MusicRadar Note

4,5 / 5 Etoiles
On aime

Les options de filtres étendues qui améliore drastiquement le potentiel sonore de la Bass Station. Le puissant arpégiateur et le step séquenceur. La clarté de l'interface optimisée grâce aux sous catégories inscrites aux dessus des touches du clavier.

On regrette

La qualité de fabrication est bonne mais on a vu mieux.

Verdict

On dit qu'il ne faut jamais regarder dérrière soi mais Novation l'a fait et on l'en remercie !

Dimensions

530 x 140 x 370

Available Outputs

6.4mm Stereo Headphone Jack MIDI out Mono USB

Available Inputs

1/4 Inch Jack Pedal In

Weight (kg)

4

Politique En Matière De Test
Tous les tests produits par MusicRadar sont réalisés par des musiciens spécialistes de leur domaine qui ne sont en aucun cas liés à une quelconque marque ou à un revendeur. Nos experts écrivent également pour des magazines célèbres comme Guitarists, Total Guitar, Computer Music, Future Music et Rythm. Tous font partie du groupe Future PLC, plus grosse maison d'édition et de magazines musicaux au monde.