Korg Kross 61

Une workstation qui aime le live

Le marché de la workstation croît rapidement, aidé par des musiciens au budget précis qui recherchent de la polyvalence et des sons intégrés de qualité à un prix abordable. Pour satisfaire ce secteur en pleine expansion Yamaha propose sa gamme MX, Roland sa série Juno et Korg sa nouvelle gamme KROSS. Cette dernière inclut un modèle de 88 notes lestées et une version synthé 61 notes que nous testons ici.

De la classe

Le KROSS 61 est d'un poids ridicule et peut fonctionner soit sur alimentation secteur soit sur piles (qui fournissent environ 4 heures d'autonomie). La finition en rouge et noire en jette et la forme elle-même a tout pour flatter l'oeil sans oublier le panneau de contrôles brillant qui achève d'imposer la classe.

"Nous n'aurions aucune hésitation a transporter le KROSS 61 dans la voiture (dans une housse rigide ou un case) ou à tourner avec car honnêtement, les switches et les potards donnent l'impression d'être faits pour durer."

Nous n'aurions aucune hésitation a transporter le KROSS 61 dans la voiture (dans une housse rigide ou un case) ou à tourner avec, car honnêtement, les switches et les potards donnent l'impression d'être faits pour durer. Évidemment, ça ne peut pas être aussi solide qu'une plaque de bois doublée d'un châssis en métal mais la bête a néanmoins l'air solide.

Aucune workstation Korg ne serait complète sans une poignée de transport (le X50 en a deux) et le KROSS 61 en possède une à l'arrière pour pouvoir être transporté comme un sac à main électronique ! Vous pourrez aussi le transporter sur votre dos dans sa housse de voyage.

Connaître les limites

L'action des touches se tient pour le prix affiché même si elles ne sont pas aussi réactives qu'on le souhaiterait. Les touches ont en fait une course assez longue avant le déclenchement du son et malgré la vélocité elles ne disposent pas d'aftertouch.

Depuis un certain temps, il est vraiment dommage de noter que les fabricants de synthés aient totalement délaissé l'aftertouch, surtout quand des modèles plus abordables comme l'Arturia Minibrute et la Novation Bass Station 2 l'incluent. Ainsi et pour tirer le meilleur des sons pianos et pianos électriques, nous recommandons grandement d'y connecter un contrôleur lesté ou d'opter pour le KROSS 88.

Il est également dommage que le KROSS ne dispose que de si peu de potentiomètres et touches de réglages actionnables en temps réel. Cela limite sacrément son statut de clavier live et l'édition MIDI de ce contrôleur s'avère de fait un peu compliquée. Tout le travail d'édition doit de fait être réalisé avec les curseurs et potards reservés à l'assignation des données. Cela implique une plongée profonde dans les menus et pas mal de boutons ! Sur cet aspect, le KROSS est moins bon que les X50, PS60 et la MicroStation qui intégrait davantage de contrôles MIDI.

Autre remarque, l'écran est un peu trop encombré en informations bien qu'il s'avère beaucoup plus satisfaisant que les petits écrans embarqués sur le X50 et le PS60. Il est cependant possible de contourner le problème de la surcharge d'informations en utilisant le très bon séquenceur/éditeur gratuit du KROSS. Notez également que pour une édition rapide pendant un concert, il vous faudra utiliser les molettes de pitch/modulation, les boutons SW1/2 ou les contrôles au pied, car la page 'Tone' affiche les paramètres les plus courants (filtre de cut-off, résonance, enveloppes,etc.) sur une page au minimum.

Que trouve t-on à bord ?

"Pour autant, les points forts incontestables du KROSS résident dans son moteur synthé extrêmement puissant et les sonorités qu'il offre"

Pour autant, les points forts incontestables du KROSS résident dans son moteur synthé extrêmement puissant et les sonorités qu'il offre. À ce niveau, il y en a largement pour son argent à bord (doublez le volume de la mémoire wave du X50 pour avoir une idée). Le KROSS offre beaucoup de ce qu'offre le Krome pour environ 1/3 du prix en moins.

Le KROSS est également doté de nombreuses caractéristiques intéressantes : un enregistreur audio puissant qui enregistre directement sur carte SD, une entrée jack 6.35 (bien qu'une entrée combo XLR/jack aurait été préférable) pour y brancher des instruments et traiter ensuite avec le vocodeur ou enregistrer des parties vocales sur l'enregistreur. On trouvera également un step séquenceur 16 pistes polyvalent avec une fonction de quantification, un séquenceur batterie autonome avec fonctions swing/accent ainsi qu'un panneau central de type Roland 808 pour la programmation. Et puisque le KROSS est un synthé il embarque deux oscillateurs polyphoniques (pour être exact, deux en mode 'Combi', un seul en mode 'program') qui peuvent être utilisés pour créer des playbacks de façon automatique et d'autres actions plus complexes.

Vous trouverez également tout ce que vous voudrez ou presque en terme de paramètres d'éditions incluant deux oscillateurs basses fréquences, des générateurs d'enveloppes, différents filtres avec assignation flexible à travers des modes poly et mono. Les mixers AMS se chargeront de régler les problèmes de diaphonie et le split et le layering s'obtiendront grâce aux réglages à 4 voies dédiés.

Le KROSS 61 est un bon pari comme premier ou second synthé dédié au concert dans des styles pop/rock/électro. On le recommande surtout pour les artistes solos, car il est facile d'y paramétrer des playbacks en MIDI/WAVE. C'est également un bon choix pour les débutants qui veulent accéder à des fonctionnalités simples et qui pourront rentrer en douceur dans le monde de l'édition audio. On conseille cependant à ces derniers d'utiliser l'éditeur logiciel plutôt que de s'attaquer à la programmation via l'écran et les curseurs.

Nous pensons que ce synthé aura du succès auprès des claviéristes à la recherche d'un modèle portable et robuste, polyvalent dans ses fonctions et intégrant des sons de qualité.

Côté son

Le moteur sonore est un multi-timbral 16 pistes doté de la technologie EDS-i (le même que l'on trouve dans la Korg MicroStation) qui offre des sons impressionnants. C'est chaud, clair et ample et cela constitue sans aucun doute une nette amélioration par rapport au moteur sonore Triton utilisé dans le X50.

Nous pensons également qu'il est meilleur que la gamme MX de Yamaha sur le plan sonore tout en offrant le caractère de synthé Korg plus onéreux. Le seul reproche au niveau du son est que la compression est plus artificielle sur certains samples que sur d'autres.

Cela mis à part, le KROSS possède de beaux sons de pianos, des pianos électriques jouables, des cordes de bonne qualité malgré un grain trop présent, des claviers perçants, des émulations utiles (même si pas si authentiques !) et des pads synthé chauds et inspirants. Ajoutez à cela des sons polyphoniques funky, de très bons cuivres et des guitares acoustiques sympas.

Le KROSS a de très bons arguments pour son prix. C'est sans aucun doute un bon investissement et il intègre un moteur de synthèse bien plus puissant que ses rivaux. Il est juste dommage que Korg ait laissé de côté les potentiomètres dédiés au temps réel/ MIDI, les sorties supplémentaires et de l'aftertouch.

MusicRadar Note

4 / 5 Etoiles
On aime

Compact et extrêmement portable. Moteur de synthèse EDS-i puissant avec effets. Séquenceur, enregistreur audio et arpégiateur.

On regrette

Pas d'aftertouch. Peu de contrôles dédiés pour effectuer ses réglages en live.

Verdict

Un synthé qui ne manque pas d'arguments qui offre d'excellentes performances sonores, mais manque de contrôles dédiés à l'edition et au MIDI

Dimensions

942 x 91 x 281

Sequencer/Recorder

Yes

Arpeggiators

Yes

Weighted Keys

No

Weight (kg)

4.3

Politique En Matière De Test
Tous les tests produits par MusicRadar sont réalisés par des musiciens spécialistes de leur domaine qui ne sont en aucun cas liés à une quelconque marque ou à un revendeur. Nos experts écrivent également pour des magazines célèbres comme Guitarists, Total Guitar, Computer Music, Future Music et Rythm. Tous font partie du groupe Future PLC, plus grosse maison d'édition et de magazines musicaux au monde.

Laisser un commentaire Facebook