Bitwig Studio

Le séquenceur inspiré de Live est enfin sorti, s'inscrit-il dans la tendance ?

On ne peut se rappeler de la dernière fois où une appli musicale a généré le Buzz engendré par Bitwig Studio avant même sa sortie. L'un des facteurs clés, bien sûr, réside dans la période extrêmement longue d'amélioration de Bitwig.

Le phénomène a commencé à attirer notre attention il y a deux ans de ça. Le logiciel était présenté comme un séquenceur tout neuf développé par une équipe incluant plusieurs développeurs d'Ableton et offrant une solution complète pour la création de pistes dans n'importe quel style avec un petit penchant électro. De fait, nous nous sommes nourris des détails et des rumeurs à son sujet pendant tout le cycle de développement.

"Évidemment, et tant mieux pour nous, Bitwig Studio ne donne pas simplement l'impression d'imiter Live"

Est-ce une copie de Live ?

Évidemment, il y a une légère ressemblance avec Live. Jusqu'à présent, le séquenceur d'Ableton, avec son workflow non linéaire centré sur les clips a surtout évolué dans un environnement clos à l'écart du reste du marché. De fait, toute application ayant pour but de marcher sur les plates-bandes du géant risque de créer des remous.

Alors, à quel point ces deux applications se ressemblent-elles ? La similarité la plus flagrante réside dans le fait que Bitwig est basée sur une interface à deux fenêtres intégrant un Déclencheur de Mix/Clip et une vue 'Arrange' (arrangement) qui a une proximité stylistique avec les vues Session et Arrangement de Live. La première vue sert au lancement de clips à la volée et l'autre à l'arrangement linéaire traditionnel. Les ressemblances ne s'arrêtent pas là pour autant.

Pour commencer, la plupart des modules de Bitwig (nous y reviendrons après) ont leurs équivalents dans Live. En fait, le workflow général de Bitwig, de l'interface à la manière dont il prend l'audio en charge et même à certains raccourcis clavier est très familier. Le résultat, c'est qu'utiliser Bitwig en étant un utilisateur d'Ableton offre une courbe d'apprentissage extrêmement clémente. Les utilisateurs réguliers se sentiront à l'aise quelques minutes après l'ouverture de l'application.

Évidemment, et tant mieux pour nous, Bitwig Studio ne donne pas simplement l'impression d'imiter Live. Bien sûr, les deux possèdent pas mal de similarités tantôt évidentes tantôt subtiles et nous pourrions parler d'elles durant tout le test. Cependant, ce serait passer à côté du fait que Bitwig réserve son lot de fonctionnalités très bien pensées.

Bien que cela puisse paraître un peu trivial de prime abord, la plus grosse innovation de Bitwig est d'afficher le Clip Launcher et l'Arrangeur dans une même fenêtre. Cela permet de pouvoir arranger une piste de manière traditionnelle tout en expérimentant avec les clips dans le même temps. Vous pouvez également faire glisser les clips d'une fenêtre à l'autre en gardant un oeil constant sur ce qui se passe dans les deux fenêtres.

Pour ceux qui ne travaillent que sur un seul écran, cela constitue une amélioration fantastique du workflow en comparaison des deux fenêtres séparées de Live 9.1. Bitwig permet également une utilisation d'un maximum de 3 écrans ce qui permet une exploitation encore plus intéressante des 2 vues. Cependant, depuis que Live a introduit une compatibilité avec 2 écrans dans la version 9.1, ça n'est plus le point majeur que cela aurait constitué il y a encore quelques mois de cela. Pour autant, et au risque de nous répéter, pour les utilisateurs travaillant sur un seul écran, la solution Bitwig surpasse la solution Live et ses deux fenêtres.

Une interface plus fournie

L'interface utilisateur de Bitwig est en général légèrement plus ergonomique que celle de Live. Alors qu'Ableton a toujours tenté d'éviter de surcharger son interface en rendant certaines fonctions plus complexes à atteindre qu'elles ne pourraient l'être, Bitwig offre une interface un peu plus fournie.

Comme dit plus haut, Bitwig Studio est, dans son concept,centré sur une configuration à double vue comme Live avec les fenêtres Arrange et Mix. Cependant, il casse un peu ce paradigme en introduisant plusieurs sous-fenêtres, des fenêtres pop-up et bien sûr le Clip Launcher en vue 'arrangement'.

Le navigateur de droite, basé sur les métadonnées offre un accès aux instruments, aux effets et aux fichiers, bien qu'il soit parfois assez long d'avoir un aperçu et de charger des samples en one shot (on espère que ce problème sera résolu rapidement comme ça a été le cas avec les autres petits problèmes que nous avions remarqués).

À gauche on trouve la fenêtre 'Inspector' (qui peut aussi être placée dans une tablature du navigateur pour les utilisateurs possédant un petit écran) offrant un accès aux paramètres de clips alors que le panneau du bas, comme dans Live, intègre le clip editor et les options de chaînage de piste. Ces derniers peuvent être agrandis pour occuper l'intégralité de la fenêtre tout comme le mixer. Il y a aussi tout un tas d'options permettant de masquer ou de faire apparaître les éléments de l'interface ce qui la rend bien plus personnalisable que celle de Live. Une fois que l'on commence à l'utiliser, on se rend compte qu'absolument tout est à portée de main.

De façon peu commune, Bitwig Studio offre quatre types de pistes : Audio, Instrument, Effect (pistes send/return) et Hybrid, ces dernières pouvant regrouper des clips audio et d'instruments dans le même temps. Le gros avantage des pistes hybrides est de pouvoir faire passer des clips d'instruments en audio dans la même piste et d'éditer l'audio sans toucher aux autres notes programmées de cette même piste.

C'est une super caractéristique, et bien qu'il soit difficile de changer ses habitudes quant aux pistes audio ou instrumentales, les deux types de pistes peuvent être switchées à tout moment en mode hybride ce qui ne nécessite donc pas de tout planifier à l'avance.

Élastiques avec ça..

Les clips audio de Bitwig sont dans l'ensemble les mêmes que ceux de Live, ils sont automatiquement adaptés et modifiés pour coller au tempo via des marqueurs temporels 'élastiques'. La qualité du stretching est à peu près la même bien que Live gère mieux les remaniements de tempo et modifications extrêmes. La différence n'est pas énorme pour autant.

L'avantage principal de Bitwig par rapport à Live, c'est qu'un seul clip peut regrouper différents fichiers audio. Autrement dit, des parties audio disparates peuvent être réarrangées, manipulées et automatisées dans un seul clip. Cela permet un worflow d'une fluidité exceptionnelle lorsque l'on crée des boucles.

Le point fort de cette amélioration en matière de clip est l'automation par note qui permet une manipulation polyphonique du pitch, du panoramique, de la vélocité, du gain et du paramètre de Timbre assignable. C'est une fonction très efficace même si elle ne fonctionne pour l'instant qu'avec les instruments de Bitwig (des projets sont en cours pour les étendre sa portée dans le futur). Un petit problème à souligner qui ne devrait cependant pas gêner les utilisateurs de MAC, Bitwig ne supporte que le format VST (32/64 bits) pas AU.

Il y a également quelques autres caractéristiques intéressantes en matière d'automation. L'une d'entre elles est que les réglages d'expression des notes comme la vélocité, le pitch ou le timbre peuvent être assignés en tant que sources de modulation pour les instruments de Bitwig via l'excellent 'Unified Modulation System (système de modulation unifié) du séquenceur.

Le logiciel inclut également des histogrammes de certains paramètres de l'Inspector. Ce sont en fait des fenêtres pop-up graphiques utilisées pour contrôler la variation et le caractère aléatoire des valeurs des paramètres. C'est très utile pour 'humaniser' rapidement des parties programmées bien que cela soit un peu déroutant parfois. Bitwig propose également l'édition de plusieurs couches à la fois, permettant aux notesde plusieurs pistes d'être superposées et modifiées en même temps de façon plus simple qu'on ne pourrait s'y attendre.

Les Outils à disposition

Avec plus de 50 instruments, effets et outils à bord, Bitwig Studio est plus que bien équipé avec une grande qualité globalement. Il y a cependant quelques comparaisons à établir entre les outils de Bitwig et ceux de Live.

Le Sampler de Bitwig possède une similarité avec celui de Live alors que la boîte à rythmes qui offre une gamme polyvalente de synthés de percussions et d'instruments samplés rapelle Drum Racks en termes d'esthétique et de capacités.

À d'autres égards, certains outils sont un peu en deçà de ceux de Live. C'est le cas de l'EQ-5 qui ressemble beaucoup à l'EQ Eight d'Ableton, mais les utilisateurs de Live 9 regretteront peut être les 3 bandes manquantes et l'analyseur de spectre.

Pour autant, la liste des appareils disponible est une copie de celle de Live. La gamme de synthés de Bitwig intègre le Polysynth, le FM-4 et un orgue mais même s'ils sont comparables, chacun a un son et un caractère distinct et ils sonnent très bien.

Bitwig offre tout de même quelques gadgets bien à lui comme le Mid/Side Splitter qui sert à ôter certaines fréquences, une réverbe multibande ainsi qu'un outil bien conçu pour la dynamique et très justement nommé Dynamics. Le vrai outil de tueur de Bitwig dans ce domaine cependant, c'est sa capacité à placer chacun de ses modules.

Cela permet que le chainage d'effets soit conçu dans le slot d'effets des Instruments, Modulators (qui sont les outils de modulation propres à Bitwig) ou Containers (les modules de 'routage' permettant des chaines d'effets superposées ou multibandes). Cela permet aussi de partager, en plus des contrôles macro (comme avec le Racks de Live) les sources de modulations. Vous pouvez donc, à titre d'exemple faire en sorte qu'un LFO de Polysynth module le taux de feedback d'un delay imbriqué dans cette configuration.

De nombreux appareils intègrent des emplacements Wet ou FB (feedback) permettant de concevoir une chaine d'effets qui ne traite uniquement que le signal wet ou le signal de la boucle d'effet d'un module. Vous l'aurez compris, cela ouvre un monde de manipulation sonore quasiment infini.

L'ère de la modulation

Le système de modulation unifié de Bitwig est sans conteste l'une des caractéristiques les plus intéressantes. En essence, par 'unifié', Bitwig veut dire que les LFO, les suiveurs d'enveloppe et les contrôles macro dans le séquenceur sont assignés exactement de la même manière.

Cela fonctionne de la manière suivante : chaque source de modulation et contrôle assignable intègre un symbole de petite flèche à côté de lui. Lorsque vous cliquez dessus, le symbole s'allume indiquant que ce que vous avez sélectionné est prêt à être assigné comme source de modulation. Pour sélectionner une destination, cliquez simplement sur n'importe quel paramètre. Puis, maintenez votre doigt enfoncé et faites glisser pour indiquer la direction et le montant de modulation souhaités. Les destinations monophoniques offrent un retour visuel bleu, alors que les destinations polyphoniques sont colorées en vert. Les petites boites de type pop-up indiquent les informations numériques plus précises relatives aux valeurs de modulation d'un paramètre.

Il n'y a pas de limites au nombre de destinations que vous pouvez paramétrer, vous n'avez qu'à les assigner, cliquez ensuite sur la petite flèche une fois de plus pour sortir du mode 'routing'. Cela effectué, faire un clic droit sur la source vous montre une liste des assignations courantes et permet de les désélectionner. C'est un système extrêmement intuitif qui permet de transformer des configurations complexes en jeu d'enfant.

Chacun des appareils possède 8 contrôles macros assignables en commun et la possibilité d'imbriquer ces modules signifie qu'il est possible de moduler une chaine d'effets entière depuis le LFO, les enveloppes et les macros contrôles d'un seul appareil. Ces configurations peuvent être sauvegardées pour une utilisation ultérieure. C'est très bien conçu, pensez par exemple à une transition élaborée entre des effets que vous pourriez avoir envie de réutiliser par la suite.

Tout comme ses nombreux appareils Bitwig Studio est livré avec 3GB de sons comprenant des boucles, des samples one-shot, des instruments multisamplés et une sélection de contenu issue d'autres marques. Autant dire qu'il y a de la matière utilisable dans ces bundles.

Finalement, nous sommes heureux de vous dire que cette version de lancement de Bitwig semble stable et qu'elle a fonctionné sans crash pendant nos tests. Il y a un sandbox VST également. L'idée étant qu'un plug-in peut crasher et être rechargé instantanément si nécessaire sans que ce crash ne fasse planter toute l'application. Cependant, nous n'avons pas eu l'occasion de tester cette fonctionnalité pendant nos tests.

L'une des caractéristiques qui a du potentiel et que nous n'avons pas encore évoqué est l'Open Controller API qui permet à n'importe quel utilisateur de toucher au code (dans javaScript) pour intégrer avec précision les fonctions du logiciel avec n'importe quel contrôleur MIDI. C'est potentiellement très intéressant, mais nous ne pouvons hélas pas en dire beaucoup plus avant que de tels scripts ne soient disponibles.

L'une des choses un peu décevantes avec Bitwig est le manque de support de ReWire. C'est vraiment dommage, car la possibilité d'utiliser Live avec des séquenceurs plus 'traditionnels' a toujours été une super option. C'est loin d'être la fin du monde et les utilisateurs pourront utiliser le Jack Audio Connection Kit comme solution. Et en guise de consolation, sachez que Bitwig fonctionne aussi sous Linux.

Dans l'ombre de Live ?

En dépit des similarités évidentes, il est presque un peu malhonnête de comparer Bitwig Studio à Live 9.1. Bitwig est après tout à sa version 1.0 et il est facile d'oublier qu'on l'a attendu longtemps ! Ceci étant dit, l'équipe de Bitwig a sans aucun doute appris beaucoup de Live.

Le résultat, c'est qu'il y a des choses que Bitwig fait mieux : notamment la relation entre les vues Clip et Arrange (dont on ne peut se lasser) et les fantastiques systèmes de modulation et d'automation. De la même manière cependant, il y a des endroits où Bitwig n'est pas aussi raffiné que la dernière version de Live. La conversion d'audio à MIDI nous a manqué et même si les appareils de Bitwig sont super, ils ne peuvent en aucun cas rivaliser avec la suite de Live.

Finalement, Bitwig n'est pas le 'tueur d'Ableton Live' que certains présageaient, mais peut-être n' a-t-il simplement pas besoin de l'être, c'est un séquenceur innovant incroyable et à part entière qui offre assez de caractéristiques pour ne pas être dans l'ombre de Live.

Le fait que Bitwig soit meilleur que Live ou d'autres séquenceurs dépendra uniquement des goûts des utilisateurs. Voilà en tout cas une nouvelle étoile particulièrement la bienvenue dans le firmament des séquenceurs. Tous ceux étant portés sur la chose devraient l'essayer.


Pour découvrir tout un tas de tutoriel de Bitwig Studio procurez-vous le numéro de Computer Music du mois de Mai.

MusicRadar Note

4,5 / 5 Etoiles
On aime

Super interface. Intégration d'une vue Clip et Arrangement. Modulation intuitive et options de gestion des effets très bien conçue. Capacités d'automation impressionnantes. Synthés pleins de caractère.

On regrette

Pas de support ReWire. Manque de raffinement dans certains domaines

Verdict

Ableton Live n'est pas en danger, mais Bitwig Studio est fantastique, c'est un séquenceur extrêmement conçu et ce n'est que la version 1 !

Politique En Matière De Test
Tous les tests produits par MusicRadar sont réalisés par des musiciens spécialistes de leur domaine qui ne sont en aucun cas liés à une quelconque marque ou à un revendeur. Nos experts écrivent également pour des magazines célèbres comme Guitarists, Total Guitar, Computer Music, Future Music et Rythm. Tous font partie du groupe Future PLC, plus grosse maison d'édition et de magazines musicaux au monde.

Laisser un commentaire Facebook