Avid Pro Tools 11

Le retour du roi des séquenceurs

Tous les utilisateurs de Pro Tools, même les plus réticents, les plus cyniques et les plus mécontents ont ressenti un petit quelque chose lorsque la vidéo promotionnelle de PT11 est arrivée.

Nous nous sommes demandé si les personnes dans cette vidéo, riant comme des idiots, se tapant dans les mains ne réagissaient pas de manière excessive face aux étonnantes fonctionnalités et aux innovations qu'ils avaient sous les yeux ou s'ils étaient finalement soulagés de voir que le seul séquenceur utilisable en milieu professionnel rendait enfin disponibles toutes les fonctionnalités dont ils avaient besoin.

Par exemple: l'export offline (le temps d'une pause pour un refrain d'Hallelujah!). Ne nous y méprenez pas, le testeur connaît le logiciel depuis des années et en est fan, et nous recommandons PT11 sans émettre de réserve. Mais avant de se lancer dans la description de toutes les fonctionnalités tout aussi alléchantes les unes que les autres, il est important de mettre en avant les points qui pourraient rebuter certains utilisateurs de s'y plonger tête baissée...

Personne n'a dit que ce serait facile...

"[Jusqu'à présent] la question n'était pas 'devrions-nous effectuer la mise à jour ?' mais plutôt 'pouvons-nous mettre notre logiciel à jour ?'"

Il fut un temps où Pro Tools 5 possédait son propre équipement hardware et était la combinaison idéale vers laquelle il fallait s'orienter pour l'enregistrement professionnel. Il ne plantait jamais, fonctionnait comme un multipiste à cassette en ce qui concerne la latence en entrée alors que les ordinateurs ne pouvaient pas offrir la mémoire nécessaire pour assurez un bon fonctionnement comme aujourd'hui. Pour la faire courte, disons que jusqu'aujourd'hui, ce fut une course mouvementée, compliquée et souvent coûteuse pour les utilisateurs les plus fidèles et la question n'était pas 'devrions-nous effectuer une mise à jour ?' mais plutôt 'pouvons-nous mettre notre logiciel à jour ?'.

Lorsque l'on travaille dans certains domaines de l'industrie musicale, il est vital de pouvoir revenir sur d'anciens projets. Il a déjà été difficile à une époque de perdre certains plug-ins TDM en passant sur une version native de Pro Tools. Aujourd'hui, cette nouvelle version n'est plus compatible avec certains matériels hardware et l'on doit passer à la norme AAX pour les plug-ins. Certains fonctionnent en 32-bit, d'autres en 64-bit créant ainsi encore plus de confusion.

Il faut également être sûr de son investissement; peser le pour et le contre d'une mise à jour, d'un crossgrade, de la compatibilité des projets avec le programme et le changement d'hardware pour faire tourner PT11 peut prendre des jours et des jours. On en arrive même à quantifier cela sur des diagrammes, s'assurant ainsi la perte de certaines cellules vitales au bon fonctionnement de notre cerveau ! Donc, malgré les houleuses critiques envers le business model d'Avid, faisons comme-ci nous avions choisi de franchir le cap. Qu'est-ce qui nous attend ?

Faites tourner Pro Tools 10 et 11 en parallèle

Avid a compris qu'il fallait effectuer une transition douce. Il faudra énormément de temps avant que tous vos joujoux préférés soient disponibles en 64-bit AAX, alors pour le moment, vous pouvez faire tourner PT10.3.6 et PT11.0.1 en même temps sur le même ordinateur. L'installation de la v11 ne supprimera pas la v10.

En installant la mise à jour à partir de la v10, elle n'écrase pas la précédente version du logiciel. L'installation de la v11 s'effectue simplement en glissant l'icône dans le dossier Applications. Ainsi, la v10 reste à sa place et la v11 se place en tête du dossier. Après avoir installé les drivers HD de la v11, vous êtes enfin opérationnels.

Vos plug-ins 'pré 11' au format RTAS, TDM et 32-bit AAX se chargent respectivement à partir des dossiers Digidesign et Avid, et hormis le fait que PT11 demande à ce que l'on déplace les plug-ins 32-bit AAX dans un autre dossier, tout fonctionne parfaitement.

Tous les principaux acteurs du marché du plug-ins dont UAD et Waves se sont déjà engagés à fournir leurs produits dans ce nouveau format et sont pour la plupart à la dernière étape de leurs tests pour la compatibilité AAX native. D'autres développeurs comme McDSP et VSL ont déjà livré leurs versions 64-bit AAX, en natif et en DSP. Merci les gars !

Comme vous avez pu le remarquer, il y a ici plus d'abréviations que dans un message radio de l'armée, alors il est utile de définir ce que représentes les termes Native et HD dans ce programme. La version PT11HD du logiciel est celle que vous obtenez en achetant la version HD Native ou celle basée sur la carte HDX. Elle possède plus de pistes, de bus, d'options d'édition, d'outils, etc...

La version native simplement nommée PT11 est une version du logiciel seul, qui fonctionne avec d'autres matériels que celui conçu pour Pro Tools HD. On ne pouvait d'ailleurs auparavant ne pas profiter des possibilités de PTHD sans acheter le très couteux Complete Production Tool Kit (CPTK).

Ce n'est aujourd'hui plus le cas puisse qu'il est possible d'acheter une mise à jour de PT11 vers PT11HD. Des fonctionnalités basiques ont été omises dans les versions non-HD comme le monitoring d'entrée sur les canaux, ce qui fait grogner plusieurs utilisateurs.

Le nouveau moteur audio Avid

"Le moteur audio Avid se base sur un nouveau code pour tirer meilleur profit de la puissance de votre système"

Une fois votre installation de Pro Tools effectuée, vous gérez dans un premier temps la configuration de vos entrées/sorties et l'utilisation de la mémoire comme la taille du buffer, etc... Ici, lorsque vous ouvrez les fenêtres Playback Engine et System Usage, vous savez immédiatement ce que vous modifiez.

Vous voyez apparaître un niveau des performances de chaque noyau de votre processeur (core). Ainsi, il vous est possible de choisir si le logiciel doit s'appuyer sur toutes les ressources disponibles ou allouer un espace restreint; c'est le moteur audio Avid qui décide. Ce dernier se base sur un nouveau code pour tirer meilleur profit de la puissance de votre système, que vous achetiez la version native, HD Native ou HDX. Puis il y a l'outil dynamic CPU...

Tout cela contribue à créer un système plus puissant. Une session dans Pro Tools 10 qui pouvait poser souci en termes de ressources et devenir ainsi instable s'ouvre sans problème dans cette 11ème version. Les ressources du processeur, de la mémoire et du DSP sont loin d'être en surchauffe. On a un sourire jusqu'au cou en vous disant cela !

La révélation

Hormis quelques changements esthétiques mineurs, le look de Pro Tools 11 reste le même. L'amélioration la plus visible est l'agrandissement de 30% des vumètres dans la console. C'est juste la partie cachée de l'iceberg puisque d'autres options Pro sont disponibles pour les utilisateurs HD.

Chaque utilisateur, qu'il soit sur la version Native ou la version HD, trouvera un nouveau panneau de mesure dans le menu Préférences. Les musiciens sous Native pourront choisir entre le Sample Peak qui s'affiche par défaut, le Pro Tools Classic, le Venue Peak et le Venue RMS. Ceux qui tournent sur la version HD auront quant à eux 17 options configurables parmi lesquelles figurent plusieurs vumètres, des PPM pour le seuil d'écrêtage et des systèmes de mesure K-scale. On retrouve même un outil de mesure pour la réduction de gain qui permet de visualiser l'effet d'un compresseur dans une chaîne !

Tous les utilisateurs de Pro Tools 11 peuvent désormais voir les niveaux de sorties dans l'onglet send (les dix à la fois si vous le désirez !), ce qui permet vraiment de voir d'où provient la réverbe non désirée ! Vous pouvez également cacher tous vos faders dans la console si vous utilisez une surface de contrôle. Ça tombe sous le sens, non ?

Quelles sont les autres nouveautés?

Voyons ce qu'offre Pro Tools 11: voici ci-dessous le Top 5 des nouveautés les plus importantes. Nous aurions franchement pu en faire un Top 20 vu les améliorations apportées par Avid. Nous ne savons même pas par où commencer !

Pro Tools présente plusieurs améliorations au niveau de la prise en main du logiciel. Il est désormais possible de bypasser plusieurs plug-ins à la fois soit par rang, par morceau ou par type d'effet !

À cela s'ajoute la possibilité de créer différents types de pistes et de choisir entre plusieurs options d'export en un click ou deux.

En vrac, notons l'option d'atténuation sonore pour la lecture, la possibilité de compenser la latence provoquée par les sidechains, d'enregistrer les réglages apportés à l'interface, la façon d'agencer ce dernier. Et l'option Satellite est désormais gratuite (pour lire des vidéos directement dans PT)... Le prix reste attractif pour les étudiants... La liste des petites surprises est encore bien longue. Mais...

Est-ce qu'il fonctionne parfaitement?

Oui. Autre question ?

À quel point fonctionne-t-il parfaitement?

"C'est comme conduire une grosse voiture de course hyper chère. Pro Tools répond au moindre mouvement, il est extrêmement réactif"

Et bien, nous avons ri comme de méchants scélérats lorsque nous avons procédé à l'overdub d'une voix dans l'une de nos sessions avec une latence programmée à plus de 9000 samples, et en ayant réduit le buffer audio à 64. À cette piste, nous avons ajouté un EQIII, un compresseur McDSP 4030 puis un autre compresseur multibande McDSP MC404 directement sur la voix pendant l'enregistrement. Le résultat est énorme !

PT11 n'est pas seulement performant, il est aussi agréable à manier. C'est comme conduire une grosse voiture de course hyper chère. Pro Tools répond au moindre mouvement, il est extrêmement réactif. Nous n'avons pas réussi à le faire crasher pour l'instant. Il faudra voir comment il se comportera lorsqu'on lui enverra quelques coups de LL16 dans les gencives... mais nous sommes certains que ça ne le fera même pas broncher, ou si peu qu'il reviendra rapidement au calme pour continuer normalement son travail.

S'accoutumer à PT11 ne prend que quelques heures. Revenir à Pro Tools 10 pour récupérer certaines parties de compo paraît maintenant fastidieux. Dépêchez-vous Waves, UAD, Soundtoys et tous les autres. On a avec nous une arme de guerre que l'on aimerait charger.

Pro Tools 11: le Top 5 des nouveautés

1. L'export offline

Désormais, l'export des pistes (outputs et bus) est hyper rapide. En effectuant un click droit sur la sortie d'une piste de la console, apparaît tout un tas d'options (où vous pouvez également sélectionner d'autres pistes qui partagent les mêmes assignations de sorties ou de bus). À partir de la boîte de dialogue Bounce, vous pourrez encore choisir d'importer la nouvelle piste créée par l'export pour qu'elle apparaisse dans la session comme une piste gelée.

L'automation dans PT11 est maintenant liée au temps et aux samples. Cela signifie que chaque export effectué est en tout point identique, qu'il soit effectué en temps réel ou offline, ce qui n'était pas le cas dans les précédentes versions du logiciel. On retrouve également une option pour exporter le fichier en MP3 ce qui fera gagner du temps à pas mal d'utilisateurs de PT.

2. Dynamic CPU

Le nouveau moteur audio puise moins dans les ressources système et s'avère très efficace. Le processeur utilise toute sa puissance que lorsque cela est véritablement nécessaire. Ainsi, vous pouvez insérer vos effets préférés sur plusieurs pistes vocales sur un refrain par exemple, et le vumètre du processeur grimpera un peu dans les tours qu'à ce moment-là de la chanson.

Auparavant, le vumètre du processeur grimpait dès l'ajout d'un plug-in. Ce n'est aujourd'hui plus le cas. Cela est très intéressant surtout lorsque l'on utilise des plug-ins d'émulation de tranches de console qui sont très gourmandes en ressources CPU. Souvent, ce sont ces plug-ins qui faisaient crasher la session. Aujourd'hui, tout est possible.

3. L'architecture 64-bit

Même si cette nouvelle version ressemble à l'ancienne, il y a du changement. Le programme a été totalement réécrit sans prendre en compte l'environnement 32-bit. Tout cela pour la simple et bonne raison de profiter au maximum de la mémoire dont dispose l'ordinateur.

PT11 n'est plus limité à l'utilisation de 3GB de mémoire. Nous avons 16GB de disponible sur notre Mac et Pro Tools peut s'appuyer sur la totalité de ces ressources. C'est une excellente nouvelle pour les compositeurs qui ont besoin de programmer un orchestre entier d'instruments virtuels. Nous avons fait l'essai en créant plusieurs pistes sur lesquelles nous avons chargé les instruments issus du plug-in Vienna Pro Instruments. Jamais nous n'aurions pu imaginer faire cela sous PT10. Un vent de liberté souffle enfin !

4. Buffer d'enregistrement à faible latence

Autre changement important réside dans l'ajout d'un deuxième buffer audio. Le nouveau moteur audio Avid gère la taille du buffer en temps réel lors de la lecture de pistes. Le second buffer s'enclenche lorsqu'on lance un enregistrement sur une piste audio ou instrument. Il faudra le régler à partir de la fenêtre Playback Engine.

Le signal d'entrée du buffer peut être de 64 samples, alors que le reste du projet, avec l'utilisation de limiteurs, peut atteindre 2048 samples. Cela signifie que l'on peut enregistrer des overdubs dans une session en utilisant une latence de 16,000, et gérer ses entrées via plug-ins ou non.

5. Créer une automation durant l'enregistrement/en entrée

Dans l'onglet Operation de la fenêtre des préférences se trouve l'option 'Rendre active l'Automation durant l'enregistrement'. Le fait d'activer une entrée ou de lancer l'enregistrement sur une piste désactivait temporairement l'automation. Mais aujourd'hui, vous pouvez faire les deux en même temps : enregistrer et automatiser.

C'est excellent si vous enregistrez un vrai synthé par exemple et que vous lui adjoignez un plug-in de filtre. Vous pouvez gérer la courbe du filtre en même temps que vous jouez sur votre clavier permettant ainsi de programmer sa séquence en une seule fois. Les ingénieurs du son qui utilisent le matos Avid pour mixer pourront enregistrer la course de leurs faders pendant un concert tout en enregistrant l'audio. Cela permet de gagner énormément de temps pour le mix final en studio.

MusicRadar Note

4,5 / 5 Etoiles
On aime

L'architecture 64-bit. L'export offline. L'utilisation intelligente des ressources de l'ordinateur.

On regrette

Pas grand chose - comme nous l'avons dit, nous essayons encore de trouver un moyen de le faire planter.

Verdict

Pro Tools 11 propose désormais tout ce que l'on peut attendre d'un séquenceur destiné aux professionnels de l'industrie de la musique.

Platform

PC/Mac (Windows 7 or 8/ OSX Mountain Lion 10.8.3)

RAM Required (GB)

4

Description

The newly coded, 64-bit incarnation of the world's industry standard DAW

Additional Requirements

USB port for iLok authorization

Required Hard Disk Space (GB)

15

Politique En Matière De Test
Tous les tests produits par MusicRadar sont réalisés par des musiciens spécialistes de leur domaine qui ne sont en aucun cas liés à une quelconque marque ou à un revendeur. Nos experts écrivent également pour des magazines célèbres comme Guitarists, Total Guitar, Computer Music, Future Music et Rythm. Tous font partie du groupe Future PLC, plus grosse maison d'édition et de magazines musicaux au monde.

Laisser un commentaire Facebook