Akai MPC Studio

Une silhouette svelte pour le séquenceur MPC

Il y a quelques mois seulement, nous nous intéressions au contrôleur MPC Renaissance, c'est aujourd'hui le tour de son petit frère, disponible maintenant et à un prix abordable. Il utilise le même logiciel MPC (mais sans le Mode Vintage du Renaissance) contrôlé par un boîtier plus compact et plus facile à transporter.

Le séquenceur Studio utilise le même logiciel que le Renaissance, nous vous conseillons, donc, de consulter notre article sur le Renaissance pour en savoir plus sur le logiciel, ses caractéristiques et son fonctionnement de base.

"Bien que le boîtiter soit très fin, seulement 2,5 cm, le MPC Studio donne une impression de solidité "

Le MPC Studio donne une impression de solidité bien que qu'il ne fasse que 2,5 cm d'épaisseur. Son boîtier en aluminium/plastique brossé est élégant, et pour ce qui est des pads, la sensation est la même que sur le Renaissance, peut-être un peu plus ferme mais avec une réponse tout aussi bonne. Les courbes de vélocité internes participent, autant que les pads à niveaux de sensibilité, à donner une vraie subtilité à vos enregistrements.

Il y a toujours 8 banques de pads (quatre d'entre elles sont accessibles à partir de la touche 'SHIFT') comprenant 64 notes en polyphonie. Chaque pad s'allume en jaune, orange, vert ou rouge pour témoigner des niveaux de vélocité, des assignations d'événements et d'autres fonctionalités. Par ailleurs, les pads peuvent être utilisés en mode numérique pour entrer des données, palliant ainsi l'absence d'un clavier numérique.

Une marque de durs

Cette nouvelle MPC a perdu pas mal des fonctions par rapport au Renaissance avec l'idée sans doute de conserver un format compact à un prix abordable. Il n'y a pas, par exemple, d'écran incliné ni d'interface audio, seulement quatre Q-link au lieu de 16, pas non plus de contours LED (pour ne vous donner qu'un aperçu...)

Le principal défaut, pour nous, reste l'écran fixe; sa lisibilité est souvent compromise à moins de le lire directement par au-dessus. Un support mobile aurait vraiment amélioré les choses. Dernier point, il n'y a pas moyen d'éteindre l'écran pour prolonger le rétroéclairage ni de curseur de volume général.

Cette MPC studio d'Akai reste toutefois impressionnante, dans le sens où, il y a un bon équilibre entre le côté compact et les fonctionnalités. De plus, la configuration du panneau de contrôles contribue à un travail plus rapide et efficace qu'avec bien d'autres MPC. Les boutons en caoutchouc de couleur argentée possèdent un déclic rassurant quand on appuie dessus, mais, malheureusement, ils ont aussi tendance à produire des sons désagréables et s'il vous arrive d'appuyer trop fort dans les coins, ils se coincent sous le panneau. Alors, attention, on vous aura prévenu...

La roue centrale (essentielle pour la plupart des tâches sur une MPC !) est beaucoup plus large et plus plate que sur le Renaissance, un choix qui permet à ce modèle de conserver sa belle apparence mais, même si le profil de la roue porte des stries, elle reste difficile à manipuler sans mettre un peu de pression et les doigts glissent trop facilement sur la surface très lisse. On se confronte au même problème avec les quatre molettes tactiles Q-link et la molette scroll (utilisée pour faire défiler les fonctions du logiciel) qu'on a trouvé assez glissantes et difficiles à saisir, elles auraient vraiment mérité une surface caoutchouteuse.

Connections

Passons sans transition à la connectivité... Il y a un bouton 'Power', un port USB alimenté par bus (qui connecte lea MPC Studio à un ordinateur) et des prises MIDI in et out (les câbles étant fournis) pour connecter un périphérique MIDI tiers.

Il n'y a pas d'interface audio à bord, il faudra, donc, que vous vous reportiez soit sur les entrées existantes de votre ordinateur pour l'audio/sampling, soit sur votre interface via USB/Firewire/Thunderbolt. Cela ne présente pas un impact majeur sur l'usage général de votre MPC mais c'est quand même bien pratique d'avoir des entrées et des sorties spécifiques sur la MPC pour le sampling et la séparation des éléments sur une table de mixage. Si c'était, pour vous, la condition sine qua non, alors vous feriez bien mieux d'opter pour le modèle Renaissance, surtout si vous êtes en quête d'une nouvelle interface !

"OS 1.3 est une version qui présente de véritables améliorations, AKAI semble avoir pris en considération les préoccupations de ses utilisateurs"

Comme avec la Renaissance, le logiciel MPC n'est compatible qu'avec un Mac OS 10.6 et ses versions plus récentes, connecté au Akai MPC (à l'inverse de Maschine), bien qu'il vous soit possible de mapper d'autres contrôleurs au logiciel (mais, encore une fois, seulement si le disque dur Akai est connecté). Il faut espérer qu'Akai se débarasse de ce genre de restriction le plus vite possible parce qu'une fois que vos beats sont dans votre DAW, il est préférable de ne pas être connecté, surtout si vous faites de l'éditing en vous déplaçant.

De façon générale, l'OS 1.2 (que l'on a testé en studio) est une version robuste même si elle présente des accrocs et qu'elle manque de fonctions. Pour ne vous donner qu'un exemple, il n'y a pas de fonction 'zoom' pour les samples du disque dur, pas de fonction 'search/tagging (recherche et tag) dans le navigateur. Même si certains problèmes ont été abordés par la marque, on aurait apprécié de les voir listés dans une mise à jour du PDF.

La version 1.3 (qui sortira le 15 février) présente de véritables améliorations qui nous font dire qu'AKAI a pris en considération les préoccupations de ces utilisateurs en témoigne les améliorations tous les deux mois. A venir, dans la version 1.3, les améliorations attendues comme la possibilité de purger ses samples (se débarrassant ainsi et avec efficacité des samples inutiles), une nouvelle manière de travailler avec des instruments plug-in et des effets de manière à ce que le plug-in ne soit pas dupliqué lorsque vous copiez une séquence. D'autres améliorations, aussi, comme la possibilité de gérer ses fichiers sons par 'glisser-déposer', une meilleure réaction de l'éclairage des pads et, enfin, la possibilité d'ajouter/retirer manuellement les marqueurs des découpages de samples.

Homme de la Renaissance

"L'impression que donne le séquenceur est celle d'un outil concis placé à un bon niveau de compétition avec le dernier MPC."

Les modes de fonctionnement sont les mêmes que sur le Renaissance, nous vous invitons, donc, à vous en remettre, une fois de plus, à notre article détaillant ces aspects. Nous tenons, aussi, à vous rassurer tout-de-suite, le Mode Vintage est la seule fonction à n'avoir pas survécu au passage à la version compacte. Pour le reste, les modes sont les mêmes, qu'il s'agisse des boucles, des enregistrements de beats, de l'édition/séquençage des samples, de l'ajout de filtres ou d'effets, de l'enchaînement des motifs rythmiques pour créer un morceau ou des options d'export. Et malgré la disparition en nombre de Qlink, on ne peut pas vraiment dire que l'impact sur le traitement des tâches soit majeur sauf dans le cas du contrôle de plugins externes lorsqu'on a besoin de beaucoup d'assignations en temps réel.

La fonction 'timing correct' (quantise) et ' timing sequencer' se retrouvent aussi dans la version Studio, avec un nouveau paramètre très pratique pour régler l'intensité de la quantification (le même qu'avec Logic Pro). Nous regrettons, néanmoins, l'absence de quantificateur en temps réel et d'un 'beat stutter' (répétition des beats) sur l'OS 1.2. La dernière version du MPC quoi qu'il en soit laisse une bonne impression et reste à bon niveau qualitatif, même si, en travaillant sur des arrangements complexes depuis notre DAW, on s'est confronté à un problème avec le logiciel du MPC qui, quelque fois, perdait la synchronisation des beats avec Logic...plutôt frustrant !

La latence est, heureusement, négligeable, de façon générale, mais sa bonne marche dépend quand même de la complexité des arrangements et la taille de la mémoire tampon de votre DAW, particulièrement en mode plugin.

Les options 'swing', le maniement de beats basiques ou de samples sur une piste rappellent fortement les anciens MPC. Cependant, nous aimerions bien voir AKAI installer des contrôles qui faciliteraient le suivi des valeurs de quantificationutilisées sur un mode 'piste par piste' et, qui, par ricochet, amélioreraient le traitement des tâches. Une autre amélioration possible, l'introduction d'un historique des annulations ou encore la possibilité d'enregistrer tous vos beats sur une seule piste pour pouvoir, après coup, séparer facilement les éléments sur n'importe lesquelles des 128 pistes.

Des filtres encore des filtres

N'oublions que la bête est toujours dotés de modes de filtres très polyvalents ainsi que des enveloppes d'ampli/filtres, d'effets intégrés, d'un mode 'track mute','pad mute', 'step sequenceur' ainsi que d'un mixeur de pistes et de programmes. On attend encore l'apparition d'un mode d'éditions des événements, une lacune déjà rencontrée sur les versions plus anciennes.

En résumé, les fonctions de base y sont, mais attendons un peu pour voir dans quelle direction les choses évoluent durant les mois qui viennent. Jusque là, AKAI s'est montré sensible aux requêtes de ses utilisateurs. C'est précisement ça qui nous emballe avec le dernier MPC, il a le potentiel pour atteindre les limbes de l'innovation, ça ne dépend que de la petite bande de développeurs de logiciel d'AKAI.

Si vous cherchez une alternative crédible aux modèles tels que Maschine, mais avec le célèbre traitement du MPC, à un prix plus abordable que celui du Renaissance, alors vous avez trouvé votre produit ! Jetez-vous sans frémir sur le MPC Studio qui conviendra aux musiciens qui travaillent en studio ou sur la route. Une solution efficace à un prix raisonnable et vous ne le croirez pas, dans la boîte, on vous a gratifié d'une formidable pochette rouge ! Alors, ça vaut le coup, non?

MusicRadar Note

4,5 / 5 Etoiles
On aime

Léger et portable, avec alimentation USB et Entrée/Sortie MIDI. Polyvalente en plus d'intégrer le puissant logiciel MPC à son bord. Prix sympa.

On regrette

L'écran fixe.

Verdict

Ce MPC possède quelques défauts mais sa taille, son prix et les améliorations logicielles en font une vraie réussite.

RAM Required (GB)

2

Weight (g)

890

Description

MPC software, paired with a hardware controller

MIDI Features

Assignable Buttons Drum Pads Transport Control Section

Height (mm)

22.6

Platform

PC/Mac (Windows 7/ OS X 10.6 or later)

LCD Screen

Yes

Width (mm)

284

Depth (mm)

257

Politique En Matière De Test
Tous les tests produits par MusicRadar sont réalisés par des musiciens spécialistes de leur domaine qui ne sont en aucun cas liés à une quelconque marque ou à un revendeur. Nos experts écrivent également pour des magazines célèbres comme Guitarists, Total Guitar, Computer Music, Future Music et Rythm. Tous font partie du groupe Future PLC, plus grosse maison d'édition et de magazines musicaux au monde.

Laisser un commentaire Facebook