Taylor 814ce

Les acoustiques de la série 800 font une cure de jouvence

Taylor, qui fête 40 ans de lutherie cette année, a rafraîchi le concept de la série 800 d'origine en lui ajoutant un nouveau système de préampli. D'autres changements en perspective ? Vous pouvez y compter.

Dès ses débuts, Taylor a toujours encouragé un esprit innovant au sein de la marque. Depuis l'utilisation d'appareils modernes aux commandes assurées par ordinateur (la première machine-outil à commande numérique de Taylor lui fut recommandée par Tom Anderson) jusqu'à sa finition UV, et plus spécifiquement encore sa jointure de manche NT (qui permet un certain niveau de stabilité et qui rend certaines réparations possibles le cas échéant), sa tendance à l'innovation reste plutôt unique. Cette propension au modernisme n'est cependant pas toujours au goût des guitaristes férus de vintage pour qui 'rien ne vaut la tradition' est une maxime très répandue.

Et c'est là qu'intervient Andy Powers. Fort de remarquables talents de luthier et de ses compétences en matière de jeu, Andy Powers a été embauché par Taylor il y a environ deux ans pour mener la marque de l'avant. Bob Taylor a déclaré qu'il était à la recherche de l'impossible lorsqu'il a décidé de recruter Andy Powers.

"Un gars vraiment capable de concevoir des guitares ; avec 20 ans d'expérience ; guitariste professionnel ; originaire de San Diego et qui, plus difficile encore, aurait moins de 30 ans !"

Andy Powers est très versé dans les guitares d'antan et, comme nous avons déjà pu le constater avec sa nouvelle approche rafraîchissante de 2012 sur la série 700, il sait ajouter cette touche vintage qui n'est pas juste là pour la beauté du geste, mais aussi pour enrichir la musicalité de la guitare. 2014 est l'année qui voit la gamme Taylor originale (la série 800) bénéficier de toute son attention.

Fabrication

La série 800 jouit cette année de nombreuses modifications esthétiques. La partie supérieure de la tête passe d'un bois de palissandre à un bois d'ébène noir jais avec une finition brillante. Le binding de tête, de la touche et du corps est toujours composé de bois d'érable, mais sa conception le veut plus simple et dénué de motif.

À l'inverse, les striures de la touche en ébène sont notoires, 'smoky' ('fumées') selon le jargon Taylor, et la touche elle-même est dotée de nouvelles incrustations 'Element' (plus 'subtiles' que les incrustations en forme de diamant de la version précédente). La rosace conserve son centre en ormeau, mais ses cercles intérieur et extérieur sont dorénavant confectionnés en palissandre ; sa cavité est bordée d'érable ; le filet en palissandre doté d'une rayure noire et blanche plus fine n'est pas en reste non plus. La plaque de protection, précédemment constituée d'un plastique finition écaille de tortue, reçoit une fine pièce de palissandre dont les striures en diagonale sont du plus bel effet.

"La nouvelle 814ce pèse 300 grammes de moins que la 714ce de 2012 et 200 grammes de moins que la plus petite 812ce de 2013"

Andy Powers précise que son but était de perfectionner les qualités intrinsèques de chaque style de corps pour sublimer leur potentiel. L'épaisseur et le système de barrage de la table d'harmonie ont été réévalués, et le système de barrage en diagonale du dos (visible à travers la rosace) fait entièrement partie d'un plan d'amélioration de la résonance dorsale. L'ajout d'entretoises latérales, placées à la verticale, constitue une autre de ces modifications qui consistent à renforcer la robustesse de la guitare. Nous présumons qu'il s'agit ici d'éviter que les éclisses ne se fendent sous impact.

Dans l'ensemble, le poids de la guitare en est sensiblement affecté : elle pèse 300 grammes de moins que la 714ce de 2012 et 200 grammes de moins que la plus petite 812ce de 2013. Enfin, la finition polyesther UV 'fumée' d'une infinie finesse a été diminuée de moitié pour égaler à peu près l'épaisseur d'une feuille de papier de 80 gr, ou à peine un peu plus du tiers de l'épaisseur de votre corde de mi aiguë de calibre 0,09. Le modèle que nous avons testé est d'ailleurs aussi lisse qu'un miroir. Un travail de très haute qualité.

Et si cela ne suffisait pas, l'Expression System (ES) de Taylor a été entièrement repensé, mettant fin aux capteurs magnétiques d'origine situés au niveau de la rosace et du manche pour réinstaurer le système de piezos. Mais, comme l'explique David Hosler de chez Taylor, les capteurs sont placés derrière le pontet en Micarta et non pas en dessous.

Si l'on s'intéresse à ce qui se trouve derrière le pontet, on découvre trois vis Allen miniatures qui permettent en fait de pousser les trois capteurs piezos sur le pontet pour 'ajuster' votre son. Nous vous demanderons cependant d'être très vigilant ici et de vous adresser à Taylor si vous deviez rencontrer un problème dans ce secteur. Par contre, il est intéressant de noter qu'en cas de souci avec le micro, il sera aisé de le remplacer sans même détendre les cordes.

Hormis ces trois nouvelles petites caractéristiques du préampli ES 2, ce dernier conserve plus ou moins les mêmes attributs : les potentiomètres de volume, aigus et basses sont alignés sur la partie supérieure de l'éclisse ; la sortie jack / bouton attache-courroie est située à la base de l'instrument ; le compartiment de la pile 9V répond présent à l'appel. La plaque de circuit interne du préampli est toujours équipée de son indicateur LED rouge et d'un petit curseur qui, sur l'ES1, permettait de désactiver le capteur placé au niveau du corps pour obtenir une sonorité différente et neutraliser les effets de larsen à des volumes élevés.

Il sert ici de switch de phase (comme avec le système ES-N de piezo sous pontet, par exemple), un autre bon moyen de neutraliser le larsen, même s'il n'est pas des plus accessibles.

Sons et sensations

La largeur du sillet (44,45 mm) suffit amplement à contenter la grande majorité des guitaristes adeptes du jeu aux doigts. L'espacement au niveau du pontet (56 mm) est également de bonne dimension. La hauteur et l'action des cordes sont plutôt basses ; le profil du manche, d'une profondeur satisfaisante (21,8 mm à la première frette) et d'une largeur raisonnable, contribue à enrichir la sensation au toucher.

La popularité du style de corps Grand Auditorium (GA) s'explique en partie par une certaine qualité génétique. En effet, les guitares Taylor semble partager une ressemblance sonore avec des sonorités plus brillantes et de plus grande qualité que les Martin de même standard, ou, à l'inverse, des sons moins imprécis livrant plus de clarté. Mais ce qui ne manquera pas d'intéresser ici est d'apprendre que la reconception de la 814ce a en fait altéré ce caractère de manière subtile. C'est incontestablement le cas, par exemple, si l'on compare cette acoustique à notre 714ce et à la 812ce de 2013, toutes deux taillées dans de l'épicea et du palissandre.

Cette légère transformation sonore concerne essentiellement le registre des médiums, qui sonnent plus francs et moins 'ronds'. L'impact du nouveau calibre de cordes sur le son n'étant pas à négliger non plus, il contribue à cette petite variation qui confère, en prime, un peu plus d'épaisseur aux aigus et une puissance accrue à la guitare. Cette acoustique possède également un caractère légèrement plus intimiste, livrant une réponse qui n'a rien à envier à la 812ce d'origine dans le domaine du jeu aux doigts ou tout autre style de musique douce. Le corps Grand Auditorium produit toujours plein de basses et contribue en cela à imiter une dreadnought classique. Ce que cela signifie également, c'est que les lignes de basse en fingerpicking sauront se faire entendre.

Nous avons légèrement desserré le truss rod pour que les accordages abaissés (de type Drop D) soient un peu plus confortables. De fait, en accordage standard, il en résulte une hauteur à peine plus élevée de la corde par rapport à la touche qui entraîne plus de résistance qu'il n'est habituel de rencontrer sur une Taylor. La sensation est renforcée par le fait que cette guitare offre généralement un confort de jeu qui rappelle souvent une sensation furtive presque électrique. Nous pourrions peut-être résumer en qualifiant la 814ce de plus polyvalente encore que le modèle précédent.

Branchée, c'est la puissance de sortie de cette version, beaucoup plus importante que celle de l'ES1, qui frappe sur le champ. Même avec le câble TRS asymétrique qu'il est recommandé d'utiliser sur le système précédent, le résultat n'est pas aussi concluant : vous n'aurez certes pas besoin de recourir à ce câble ici. Retient ensuite notre attention le registre plus affirmé des bas médiums qui produit un son plus épais, moins 'poli' que le même registre de l'ES 1.

En remontant vers les aigus, le son qui sort de l'ampli, comparé à celui de l'ES 1 qui devient progressivement plus magnétique, ressemble plus au son de la guitare elle-même. Il livre certes un caractère plus piezo, mais dépourvu du 'quack' dont l'absence est particulièrement audible sur des jeux d'attaque percussifs.

Un volume élevé engendrera une réponse fougueuse, et beaucoup de bruit en provenance du corps aussi (contrairement à l'ES 1, il n'y a pas de capteur dédié ici, ce qui signifie que vous ne pourrez pas neutraliser ces interférences). En branchant la guitare sur un boîtier DI LR Baggs Venue, nous sommes en mesure de procéder à de petits réglages audio avant que le son ne soit acheminé vers la sono : la baisse subtile des médiums, pour laquelle nous avons opté, s'avère judicieuse, tout comme la réduction de la présence.

"Ce sont sans doute toutes ces subitilités qui génèrent ce son vraiment très différent produit par cette électro-acoustique à pan coupé assurément moderne"

Comparée à une dreadnought Martin équipé d'un système Fishman (bien que le caractère du son soit d'une toute autre nature), la Taylor produit des basses plus naturelles, sans le fameux 'quack'. En fait, elle semble plus apte à gérer les attaques rythmiques au médiator sur toute l'étendue de son registre, des aigus aux basses, produisant par là même un son à caractère plus naturellement acoustique.

Cette liste de comparaisons et d'appréciations diverses concernant la 814ce n'est pas exhaustive. Ce sont sans doute toutes ces subitilités qui génèrent ce son vraiment très différent produit par cette électro-acoustique à pan coupé assurément moderne. À notre avis, les améliorations apportées au son acoustique de cette guitare augmentent sa polyvalence, et tout particulièrement pour le jeu aux doigts. Ceci n'entrave en rien le son clair pour lequel Taylor est célèbre, et semble un peu renforcer les médiums et épaissir les aigus. Que du bon !

L'ES 2 peut paraître représenter un changement radical comparé au système de micro piezo contemporain, mais nos tests soulignent les différences qui le préconisent au détriment de l'ES 1 : c'est un système plus traditionnel qui, en conséquence, s'avère plus convivial, pour le musicien tout comme pour l'ingénieur du son, notamment si vous utilisez plusieurs marques de guitare lors d'un même concert. Et bien que le caractère magnétique du piezo manche de l'ES 1 aura probablement ses fans, le son acoustique de la 814ce est quant à lui mieux reproduit.

Sa construction plus légère et plus puissante pourrait potentiellement causer certains problèmes sur scène à hauts volumes. C'est un sujet que nous espérons aborder lorsque nous aurons pu obtenir un prêt de plus longue durée qui nous permettra d'effectuer un test plus en profondeur. En attendant, nous ne pouvons qu'en conclure que l'une des plus belles guitares électro-acoustiques modernes vient de se perfectionner plus avant.

MusicRadar Note

4,5 / 5 Etoiles
On aime

Toute une multitude d'améliorations subtiles qui plairont tout particulièrement aux guitaristes adeptes du jeu aux doigts. Le système de micro piezo fonctionne bien.

On regrette

Onéreuse.

Verdict

La reconception d'une guitare qui a fait la réputation de Taylor et qui propose dorénavant un système électronique repensé. Une nouvelle référence ?

Pickup

Taylor Expression System (ES 2) with volume, treble and bass rotary controls

No. of Frets

20

Scale Length (Inches)

25.5

Country of Origin

USA

Bridge

Ebony with compensated Micarta saddle

Weight (lb)

4.69

Back Material

Solid East Indian rosewood

Neck Material

Tropical mahogany

Top Material

Solid Sitka spruce

Nut

Graph Tech Tusq/44.8mm

Sides Material

Solid East Indian rosewood

Scale Length (mm)

648

Weight (kg)

2.13

Fingerboard Material

Bound Ebony

Body Style

14-fret grand auditorium-size cutaway electro acoustic

Available Finish

Natural UV-cure polyester, gloss (body), satin (neck)

Politique En Matière De Test
Tous les tests produits par MusicRadar sont réalisés par des musiciens spécialistes de leur domaine qui ne sont en aucun cas liés à une quelconque marque ou à un revendeur. Nos experts écrivent également pour des magazines célèbres comme Guitarists, Total Guitar, Computer Music, Future Music et Rythm. Tous font partie du groupe Future PLC, plus grosse maison d'édition et de magazines musicaux au monde.

Vous Aimerez Aussi:


Laisser un commentaire Facebook