Fender '68 Custom Princeton Reverb

Le combo vintage/moderne plein de charme de Fender

La fin 2013 a vu Fender revisiter pour la toute première fois sa période Silverface avec la parution d'une nouvelle série '68 Custom proposant un Twin Reverb, un Deluxe Reverb et un Princeton Reverb, tous trois testés par nos soins.

Le panneau de contrôle du Princeton en façade est bicolore argent/turquoise et se voit agrémenté de fines lignes verticales noires marquant la séparation entre les différents groupes de réglages (un détail qui n'a pas survécu au-delà des toutes premières séries). Sa grille est bordée d'un encadrement (ou 'drip edge') en aluminium (abandonné mi 1969) et signée du logo en relief fidèle à l'original, qui disparaîtra quant à lui en 1973.

L'intérieur privilégie le circuit imprimé PCB typiquement moderne qui reproduit en grande partie la carte électronique que l'on trouve dans les rééditions de la Fender '65 'blackface'. Les différences se matérialisent sous la forme de transformateurs Schumacher conçus dans le but de reproduire ceux des instruments d'origine de 1968. D'autres modifications électroniques ont été apportées qui sont de moindre conséquence.

"L'ampli est conçu pour saturer un peu plus tôt que son prédécesseur"

L'ampli est conçu pour saturer un peu plus tôt que son prédécesseur et met à disposition le principe de rétro-action réduite que Fender vante comme offrant une sensibilité tactile accrue.

Le circuit de l'opto-tremolo de style vintage contenant une résistance photo-dépendante à base de cadmium est interdite dans certains pays comme au Royaume-Uni. En effet, la directive européenne RoHS interdit l'utilisation de cette substance dangereuse. Fender ne s'avoue cependant pas vaincue : elle a en effet décidé de mettre au point une solution qui lui permet de passer la frontière des pays où la restriction est en vigueur.

Pour cela, l'intérieur du châssis du '68 Custom Princeton Reverb a été pourvu d'un sous-circuit comprenant des composants analogiques supplémentaires qui reproduisent les fonctions des cellules photoélectriques des amplis américains. Les puristes en seront outrés à juste titre, mais n'allons pas pour autant nous insurger et fomenter une révolution en bloquant l'entrée du Tunnel sous la Manche afin de protester de notre indignation exarcerbée contre la bureaucracie de l'Union Européenne !

Malgré les doléances des internautes qui, par l'intermédiaire des forums, expriment leur inquiétude concernant l'adjonction potentielle d'un bruit indésirable dans le circuit suite à cet ajout, ou qui décrivent tout simplement cette approche comme 'mauvaise en soi', les tests que nous avons effectués sur les '68 Custom en notre possession n'ont révélé aucune raison de s'alarmer sur leurs performances audio. Les sonorités tremolo sont en fait superbes.

Durant sa période Silverface, Fender a utilisé différentes marques de haut-parleurs comme des Oxford, JBL et des Utah, mais n'avait encore jamais jusqu'à présent fait l'expérience des haut-parleurs Celestion. Il est donc intéressant de noter qu'elle opte aujourd'hui pour une incursion sur le territoire anglais (en passant par la Chine) avec un Celestion Ten 30.

Côté Son

"Ce Princeton nous rappelle instantanément à quel point la puissance et l'expressivité sonores d'un petit combo à lampes 6V6 peuvent déménager"

Branché, ce Princeton nous rappelle instantanément à quel point la puissance et l'expressivité sonores d'un petit combo à lampes 6V6 peuvent déménager. Il nous rappelle également pourquoi tant de morceaux de guitare de référence ont été enregistrés sur ces amplis au fil des ans.

Il n'est pas nécessaire de monter le volume au-delà de 4 avant qu'une guitare équipée de humbuckers à puissance de sortie moyenne de type PAF, ou même une bonne Tele bien hot, ne commence à balancer un son bien saturé quand on sait attaquer sans merci...

Faites-nous confiance, malgré seulement 12 watts et la présence d'un haut-parleur unique de 10 pouces, il est fort possible que cet ampli soit amplement suffisant pour les concerts que vous voudrez donner à une époque où notre effervescence sonore se trouve la victime de restrictions. Notez toutefois qu'il vous faudra bénéficier d'une marge d'écrêtage clean colossale et vous assurer que votre batteur ne soit pas une bête déchaînée.

Drive et compression sont ici plus à l'honneur encore qu'elles ne l'étaient sur le Princeton Silverface vintage grâce aux modifications qui ont été apportées au circuit électronique. Le Celestion, quant à lui, livre des graves plus contenues qui résultent en une réponse en basses moins bien définie que celle de la réédition 'blackface' '65 couplée d'un Jensen C10R.

Quels qu'aient été les bidouillages internes requis pour assurer la légalité de ces amplis du côté européen de l'Atlantique, l'effet tremolo produit une vibration chaleureuse et adéquatement rétro, tandis que l'effet réverbe sonne avec une musicalité délicieuse. Placez un bon micro devant la bête et vous obtiendrez un son du tonnerre. Tous les studios devraient s'en procurer un, et si vous êtes fan de ces sonorités vintage un peu crades et mordantes, vous devriez y penser aussi.

Si le prix catalogue de cet ampli se rapproche dangereusement de celui pratiqué par la concurrence boutique, ceux pratiqués en ligne et en magasins racontent une toute autre histoire avec ce Princeton disponible pour la (modique) somme de 900 € à la date d'aujourd'hui.

Master volumes ? Boucles d'effet ? L'expérience de jeu est tellement musicale et immersive... pour quoi faire ?

MusicRadar Note

4 / 5 Etoiles
On aime

Sonorités musicales immersives. Parfait en studio et à son aise sur la plupart des scènes de concert à taille modérée.

On regrette

Le prix.

Verdict

Un instrument essentiel en studio qui pourrait s'avérer aussi parfait pour vos concerts.

Additional Features

Valve-driven spring reverb and tremolo. Fitted dust cover included

Loudspeaker Size

10

Country of Origin

Mexico

Weight (kg)

15.7

Dimensions

505 x 406 x 241

Weight (lb)

34

Channels

1

Device Type

Valve combo

Audio Output Power

12

Politique En Matière De Test
Tous les tests produits par MusicRadar sont réalisés par des musiciens spécialistes de leur domaine qui ne sont en aucun cas liés à une quelconque marque ou à un revendeur. Nos experts écrivent également pour des magazines célèbres comme Guitarists, Total Guitar, Computer Music, Future Music et Rythm. Tous font partie du groupe Future PLC, plus grosse maison d'édition et de magazines musicaux au monde.

Laisser un commentaire Facebook