Kit Stage Custom Birch de Yamaha

La réputation actuelle de Yamaha s'est fondée sur ses fûts en bouleau, avec les célèbres Recording Custom Series lancées à la fin des années 70. Même si l'utilisation de bouleau pour fabriquer des fûts n'a rien de nouveau (les fabricants européens l'ont toujours fait), Yamaha a intelligemment présenté cette gamme bien faite comme le kit ultime pour les enregistrements.

Le fait que Steve Gadd soit devenu le plus grand supporter de la marque a également aidé. Auparavant, les Stage Custom Series de Yamaha, qui ont fait leur apparition ici en 1995, avaient un placage en chêne ou bouleau sur des plis d'acajou des Philippines et de falkata. Yamaha a attendu jusqu'à maintenant pour faire un kit abordable tout en bouleau.

Construction

Yamaha propose trois configurations, avec des toms de taille «universelle» 24"x17", 12"x9" et 16"x16"; l'évaluation 22"x17", 10"x8", 12"x9" et 16"x16"; et 20"x17", 10"x8", 12"x9" et 14"x14".

Les kits 22" et 20" sont équipés d'une caisse claire en bouleau 14"x5 1/2," alors que le 24" est équipé d'une caisse claire en acier 14"x6 1/2". Vous pouvez agrandir votre kit en ajoutant les fûts de la gamme associée, comprenant une grosse caisse 18"x15" et un tom basse 18"x16".

L'élément principal ici, ce sont les fûts tout en bouleau et ils sont superbes. Les chanfreins sont parfaitement taillés, à 45° pilepoil à l'intérieur avec un léger arrondi sur la paroi extérieure. Les intérieurs couleur miel sont légèrement vernis, avec quelques petites zones non sablées pour le timbre.

Le veinage du bouleau est toujours aussi simple, mais la laque transparente sur la finition cranberry red stain du kit testé ne présentait aucun défaut. Les badges Yamaha sont souvent guindés, mais ce nouveau badge en argent et gris raffiné sur plaque noire proclamant résolument «Made in China» est plutôt sympathique.

Il y a quelques années, cette information se serait faite discrète, mais de nos jours, c'est de plus en plus le signe d'un produit de qualité.

Économies

L'un des signes de la recherche d'économies, c'est la présence de 16 et non 20 coquilles sur la caisse claire. En outre, il n'y a pas de joints en plastique ou en caoutchouc sous les coquilles, un petit plus auquel on s'est habitués. Les coquilles remplaçant les versions en FRC (composite renforcé de fibres) des kits précédents sont maintenant en métal chromé léger.

Le système YESS de Yamaha est petit et relativement discret. Alors que les suspensions de type RIMS ont des étriers longs dépassant des coquilles, l'attache YESS est juste fixée par deux boulons, sur le point nodal du fût.

Vous pouvez avoir des doutes sur sa solidité, mais nous n'avons jamais entendu parler de casse. D'ailleurs, les nouvelles mini-attaches de tom basse sont aussi montées sur le point nodal des fûts, pour une plus longue tenue. Le pack d'accessoire inclus est superbe et il est doté de tous les raffinements imaginables.

Bouleau ou pas?

Yamaha a intelligemment su promouvoir les batteries en bouleau dans les années 80, ce qui a encouragé, ou plutôt donné naissance à l'idée que le bouleau était le meilleur bois pour les enregistrements, puisque la RC-9000 avait un son «égalisé».

C'est également vrai pour le Stage Custom. La caisse claire est dotée d'une sourdine en O de 3/4" (19mm) de large, qui limite efficacement le tintement des cercles métalliques, pour un son bien net, claquant et sec.

Il faut savoir qu'un micro rapproché va donner un son vif et punchy. En fait, pour les goûts actuels, la sourdine en O est un peu lourdingue. Un tiers de cercle ou un demi-cercle sont suffisants pour obtenir un gros son noir tout en conservant suffisamment de caractère.

En pratique

Équipés de peaux de type Yamaha 250 Ambassador, les toms ont tout de suite offert un super son. Il nous a semblé que le bouleau est un peu plus sombre et agressif que l'érable. On a un claquement autoritaire, la tenue est parfaite et vous allez avoir du mal à trouver un tom qui vous donnera moins de fil à retordre pour l'accorder.

À des fins de comparaison scientifique, on a monté une Yamaha RC-9000, avec ses chanfreins plus ronds et ses suspensions pré-YESS, juste à côté de la reluisante Stage Custom. Les toms avaient un son extraordinairement similaire.

Les chanfreins plus anguleux de la Stage Custom donnent un son un peu plus mordant et les suspensions YESS apportent un léger surcroît de tenue, mais dans l'ensemble les sonorités de la Stage Custom sont incontestablement celles d'un kit en bouleau de premier plan.

La grosse caisse est d'une profondeur Yamaha assez inhabituelle de 17", offrant beaucoup de profondeur sans perdre la définition. Elle conserve une immédiateté qui commence à se perdre avec les grosses caisses modernes gagnant en profondeur.

Je l'ai trouvée semblable aux autres fûts, contrôlée et bien chaude, avec un claquement sec impressionnant. Les 16 coquilles sont juste suffisantes pour maintenir l'accordage et ne pèsent pas trop sur le fût, qui semble plus ouvert et léger.

Accessoires

Les accessoires de la série 700 sont robustes sans être trop lourds. Les trépieds simple embase de cymbale peuvent s'avérer un peu bancals si vous êtes un gros bourrin, mais sinon tout est parfaitement fiable.

Deux stands de cymbale (droit/perche) sont généreusement inclus et le design du tilter a été revu, malgré la bague de mémoire pas très utile qui se loge en haut, pour fixer l'allongement de la perche.

La pédale de grosse caisse à chaîne est douce, malgré une vis de mâchoire sous la semelle difficile à atteindre. La batte en feutre nous a semblée parfaite, mais certains pourraient préférer une double pédale à batte en plastique.

Le charleston est doté d'une rondelle de tension progressive, qui fait exactement ce qu'on attend d'elle. Nous avons particulièrement apprécié le tilter mâchoire à vis sans fin du stand de caisse claire, à la place du type habituel à pignons. Certains peuvent estimer que ce dernier est plus stable, mais est-ce que vous arrivez à trouver pilepoil le bon angle?

Le montage et le démontage sont certainement plus rapides et efficaces avec le système Yamaha qu'avec aucun autre système. Le seul point faible, c'est la difficulté à atteindre les côtés à cause du système YESS. Cela ne va pas gêner grand monde, mais c'est un petit défaut de conception, sur un set autrement parfaitement conçu.

Ce que nous avons préféré dans ce kit, c'est son design classieux et épuré. Fruits d'années d'expérience et de raffinement, les accessoires 700 sont la simplicité incarnée, faciles à monter et démonter. Les fûts en bouleau sont supers et le son est tout à fait conforme à vos attentes: pur, plein de punch, noir et chaud.

Les fûts en bouleau apportent cette petite touche de contrôle qui facilite l'accordage. Un batteur peu expérimenté achetant ce kit ne peut vraiment pas se tromper. Voilà un kit abordable qui ne connaîtra pas la honte d'être recouvert de morceaux de scotch afin d'obtenir un son décent.

MusicRadar Note

4 / 5 Etoiles
On aime

Design épuré et classieux. Son pur, punchy, noir et chaud.

On regrette

Pas de joints en plastique ou en caoutchouc sous les coquilles.

Verdict

Tout batteur peu expérimenté achetant ce kit ne peut pas se tromper.

Colour

Cranberry red, dark blue metallic, silver metallic, gold metallic, natural wood, raspberry metallic, raven black, sapphire blue

Drum Shell Material

100% six-ply birch (plus steel snare)

Floor Tom Size

18"x16" FT

Kick Size

18"x15"

Snare Size

14"x5½

Tom Size

16"x14" TT, 14"x12" TT, 13"x10" TT

Politique En Matière De Test
Tous les tests produits par MusicRadar sont réalisés par des musiciens spécialistes de leur domaine qui ne sont en aucun cas liés à une quelconque marque ou à un revendeur. Nos experts écrivent également pour des magazines célèbres comme Guitarists, Total Guitar, Computer Music, Future Music et Rythm. Tous font partie du groupe Future PLC, plus grosse maison d'édition et de magazines musicaux au monde.

Laisser un commentaire Facebook