Basse à un pan coupé Danelectro '56

Un instrument au look vintage agréable à jouer

Les guitares Danelectro fraîchement revisitées des séries '56 sont la troisième réédition du modèle original U2 de 1956 créé par Nathan Daniel.

Alors que la première réédition, lancée en 1998, respectait scrupuleusement l'esthétique et les spécifications de l'originale (tête en « bouteille de Coca », sillet de chevalet en palissandre, revêtement du corps en vinyle, etc.), la 56 Pro de 2006 était plutôt du genre tape-à-l'œil.

La tête en bouteille de Coca était entaillée (une version light, si vous voulez), le chevalet était bourré de sillets individuels pour une meilleure intonation et le revêtement du corps en vinyle blanc avait disparu. La '56 Pro était une excellente guitare, mais en l'absence de ces caractéristiques originales, elle perdait un peu de son côté vintage.

Revenons à nos nouvelles séries '56. Le chevalet en palissandre sans le réglage d'intonation et le revêtement du corps (à motif Autruche old-school, rien que ça) sont de retour. Il y a aussi des trucs bizarres à l'extrémité de la tête de certains de ces nouveaux modèles.

Le lancement de ceux-ci coïncide avec une normalisation de la gamme de guitares et de basses de Danelectro. Désormais, seuls les nouveaux modèles à pan coupé simple '56, les guitares existantes à double pan coupé '59 et la basse 'Dead On 58' Longhorn seront disponibles.

'The Wild Thing', réédition d'un prototype unique d'une guitare à ailes en pointes recourbées qui vous en mettra plein la vue, dévoilée il y a quelques années, devrait arriver au Royaume-Uni dans l'année. Et ce sera tout, fans des Danelectro.

Fabrication

La nouvelle basse de la série '56 est dotée d'une tête Silvertone en museau de dauphin (Silverstone Dolphin Nose). À la place des commandes concentriques des récentes six cordes de Danelectro, cette basse est équipée d'un potard de volume dédié pour chaque micro Lipstick et d'un master tone. Les boutons ressemblent à des boutons de radio vintage et s'appuient sur des éléments originaux d'époque.

L'échelle de longueur de la '56, de dimension courte (30 pouces – celle d'une basse Precision est de 34 pouces) en fait une basse parfaitement jouable par tous les musiciens.

Les 24 frettes médiums sont parfaitement réalisées, et l'action de ce manche et son côté trapu mais confortable en font un plaisir à jouer. Rappelons-le, il est impossible de régler l'intonation du chevalet de cette basse.

Les mécaniques de type vintage sont pourvues des mêmes boutons en plastique blanc que les guitares. La plupart des bassistes préfèrent avoir quelque-chose de plus substantiel sur les côtés de la tête, mais on est d'avis que de grosses mécaniques feraient tache sur une tête si fine.

Le revêtement du corps à motif autruche et le sillet supérieur Dano classique en aluminium contribuent à associer la basse '56 à l'esthétique des autres guitares de la gamme. L'accastillage de la basse '56 est en nickel à finition satinée sympa.

Et ça sonne ?

La basse '56 est plus polyvalente que vous ne pourriez l'imaginer. Montez le volume du micro de manche, baissez l'unité du chevalet et réduisez la tonalité, et vous obtiendrez un parfait grondement soul et R&B des années 60. Si cette basse était à nous, nous l'équiperions d'un jeu de cordes à filet plat pour une touche vintage supplémentaire.

Si vous sélectionnez le micro chevalet solo, remontez la tonalité et attaquez les cordes avec un gros médiator pour des sonorités Bruce Foxton ère Jam très cool. Ajoutez de la saturation pour un style Ox.

D'ailleurs, si l'impossibilité de régler l'intonation des Dano vous préoccupe, vos doutes s'évanouiront une fois la basse branchée.

Ce qui est intéressant avec les guitares Danelectro, c'est qu'elles peuvent garder la tête haute dans toute collection de guitares. Peu importe que vos murs soient tapissés de Fender, d'éditions Gibson Custom Shop ou des meilleurs instruments de Paul Reed Smith, vous aurez toujours un plaisir fou à jouer sur une Dano.

Le truc, c'est que cette nouvelle Dano n'est pas une version low-cost d'une basse quelconque. Elle a un bon son et elle est agréable à jouer car elle reste fidèle à la vision originale de Nathan Daniel.

Elle est abordable car elle est construite en matières peu onéreuses et fabriquée en Chine (très bien, d'ailleurs). Elle produit aussi un son de guitare à nul autre pareil.

La combinaison de détails authentiques comme le design ressuscité de la tête, ainsi que l'actualisation d'un accastillage plus moderne comme les micros humbucking, font de ce modèle un instrument tout à fait désirable.

L'excellente jouabilité et le son pêchu des micros Alnico sont la cerise sur le gâteau. Penchez-vous sur le prix et vous verrez que ça vaut le coup d'ajouter un peu de Lipstick à votre panoplie sonore.

MusicRadar Note

4,5 / 5 Etoiles
On aime

Belle esthétique. Jouabilité. Son. L’ensemble !

On regrette

Ne plaira pas aux adeptes du slapping…

Verdict

On rajouterait un jeu de cordes à filet plat pour un son encore plus vintage.

Fingerboard Radius

356mm

Scale Length (mm)

754

No. of Frets

24

Inlays

Dot

Country of Origin

China

Weight (kg)

2.8

Fingerboard Material

Rosewood

Neck Material

Maple

No of Strings

4

Guitar Body Material

Masonite and Laminate Semi-Hollow

Available Finish

Aqua; black

Politique En Matière De Test
Tous les tests produits par MusicRadar sont réalisés par des musiciens spécialistes de leur domaine qui ne sont en aucun cas liés à une quelconque marque ou à un revendeur. Nos experts écrivent également pour des magazines célèbres comme Guitarists, Total Guitar, Computer Music, Future Music et Rythm. Tous font partie du groupe Future PLC, plus grosse maison d'édition et de magazines musicaux au monde.