Yamaha LL16D ARE

Une acoustique glamour et déroutante

Nous vous avions parlé de la nouvelle série L de Yamaha qui fête ses 40 ans cette année lors du NAMM 2014. Ces Guitares mythiques de l'histoire de la folk music reprennent vie et présentent quelques améliorations importantes. Nous testons ici la LL16D ARE qui, en dehors de l'Abalone sur la touche est la même que laLL16 ARE avec dos et éclisses palissandre.

Si vous êtes observateur, vous aurez remarqué que les guitares acoustiques se sont faites omniprésentes ces derniers temps. Le rock n'est donc peut-être pas aussi mort que ceux qui régissent les tendances de la mode voudraient bien le laisser croire. Cependant, il ne sert à rien non plus de nier les influences croissantes du folk et de l'Americana dans les classements des deux côtés de l'Atlantique. Chanteurs-compositeurs sont (redevenus) cool et il semblerait que, pour pouvoir faire partie d'un groupe tendance aujourd'hui, il soit de rigueur de porter un chandail en laine et une grosse barbe. Avez-vous remarqué également que ce style de look traditionnel va de pair avec les guitares traditionnelles ?

Tout cela joue sans doute en faveur de la série L fraîchement repensée de Yamaha, et le timing n'est pas des moins opportuns non plus. Ce ne sera probablement pas le choix le plus apparent pour ceux qui aspirent à s'initier à la musique folk, mais avec des légendes comme James Taylor, Paul Simon et Bruce Springsteen parmi les artistes concernés ces dernières décennies, il serait difficile de ne pas reconnaître la réputation attestée de la marque. De ce fait, la fusion entre la haute crédibilité des traditions et le prix clairement milieu de gamme auquel ces guitares sont proposées ne peut être que de bon augure pour les séries 6 et 16L fabriquées en Chine.

Fabrication

Toutes les guitares des nouvelles séries 6 et 16 sont dotées d'une table d'harmonie en épicéa d'Engelmann massif qui a bénéficié du traitement A.R.E. (Acoustic Resonance Enhancement - procédé original de vieillissement artificiel du bois exclusif à Yamaha), procédé qui n'était jusque là disponible que sur les guitares de la série 26 ou supérieures(de fabrication japonaise). La marque n'est pas avare de détails sur le système A.R.E. dans son approche marketing. Elle affirme notamment qu'en intervenant sur les conditions de température, d'humidité et de pression à un niveau 'infra-cellulaire', la structure moléculaire de l'épicéa s'en trouve modifiée, ses caractéristiques acoustiques se rapprochant de fait de celles d'instruments anciens. On obtient alors une richesse tonale similaire à celle d'instruments ayant 'des années de jeu au compteur' et de fait 'un son plus mature'.

Le nouveau système de barrage en X non scallopé, au profil plus bas, est quant à lui moins complexe à comprendre. Il a été développé par Yamaha pour accroître le volume et améliorer la réponse en basses par rapport aux modèles précédents, bien que, par nature, le corps de la LL (inspiré de la forme de la dreadnought modifiée FG 1966 de Yamaha) ait été conçu pour libérer moins de résonance que la légendaire Martin D. Il s'agissait pour Yamaha d'élaborer une guitare 'bien équilibrée qui se fond aisément dans le mix'.

Les séries 6 et 16 offrent toutes deux le même choix de bois pour le dos et les éclisses de leurs instruments : vous pourrez donc opter pour de l'acajou ou du palissandre. La série 6 sera constituée de bois laminé tandis que la série 16 sera en bois massif, Yamaha ayant paré aux options les plus en vogue.

"Fidèle à la qualité de son travail, Yamaha excelle encore dans le soin apporté aux détails, à tel point qu'on en oublierait presque de le mentionner

Yamaha s'est aussi attaqué au profil du manche (le même, ce qui est surprenant, que sur la LS16M ARE et la LJ6 ARE qui présentent qui plus est la même largeur au sillet et le même espace entre les cordes). La profondeur de ce manche, comparée à celle des modèles précédents, a été diminuée pour obtenir un résultat plus égal et notamment moins conséquent au niveau des aigüs. Ceci étant dit, le profil en lui-même a pris un peu d'embonpoint : avec une forme en 'V' moins saillante qu'auparavant et des bords de binding de touche moins ourlés, la sensation en main est moins prononcée.

Nous sommes vraiment fans de ce manche. Nous le trouvons assez substantiel pour le qualifier de traditionnel et pensons qu'il est un bon compromis pour le strumming et le jeu aux doigts. Cela ne nous empêche pas de nous interroger sur la décision de Yamaha concernant la largeur au sillet et l'espacement des cordes qui, selon nous, auraient sans doute bénéficié d'une adaptation spécifique aux différents modèles de cette série et aux types de jeu qui leur sont liés.

Fidèle à la qualité de son travail, Yamaha excelle encore dans le soin apporté aux détails, à tel point qu'on en oublierait presque de le mentionner. Le réglage de chaque instrument est une affaire tout à fait personnelle, mais nous avons noté que la plupart des guitaristes préfèrent une action plutôt basse et une certaine aisance (tout à fait ce que ces guitares ont à offrir) alors que d'autres opteront plutôt pour plus de hauteur et aimeront trouver un peu de résistance pour convenir à leur style de jeu aux doigts : de cette manière, les cordes disposent d'un peu plus d'espace pour s'exprimer.

Si la LL16D ARE est équipée de micros (tout comme la LS16M ARE et la LJ6 ARE), le seul indice de leur présence réside dans la prise jack située à la base de l'instrument… pas de préampli, pas de pile, pas de contrôles, rien ! Ce système est loin de ressembler aux circuits actifs que l'on trouve sur la plupart des modèles aujourd'hui puisqu'il s'agit d'un système de préamplification passif 'Zero Impact' sous pontet (le PU-R qui est le même que sur les instruments de la série A).

Il faut reconnaître que Yamaha a pris une décision courageuse en supprimant tous les contrôles habituels et en suggérant à ses utilisateurs l'acquisition d'un boitier DI ou d'un préampli externe pour tirer le meilleur parti de ces guitares. La rédaction de Guitarist est d'ailleurs bien connue pour être la première à se plaindre de ces préamplis trop compliqués qui sont le vilain petit canard de l'acoustique, sans même mentionner les résultats sonores qui en sont parfois fort compromis. 'Faisons simple' semble être la nouvelle approche de Yamaha, et nous n'avons pas l'intention de nous en plaindre !

Côté son

Le manche 5 plis de la LL16D lui procure un son assez brillant, contenu et naturel qui partage une douceur comparable à celle de la J-50. Cette guitare possède un son bien à elle, elle ne possède pas des basses particulièrement puissantes ou profondes et le caractère sonore global est très différent de la chaleur des bas médium qu'on trouve par exemple avec des modèles de la série 15 de chez Martin.

"C'est l'équilibre de cette guitare qui est impressionnant, des modèles de vieilles Gibson comme la J-50 du milieu des années 60 viennent en tête"

C'est l'équilibre de cette guitare qui est impressionnant, des modèles de vieilles Gibson comme la J-50 du milieu des années 60 viennent en tête. Ce modèle n'est pas le summum de la clarté ou de la puissance, mais elle sonne bien et s'avère superbe pour l'enregistrement. Pour faire court, n'ayez aucun doute sur le fait que la LL16D trouvera facilement sa place dans un mix, sans trop avoir à tergiverser sur la position du micro et sur l'égalisation.

Branchée, les micros passifs 'Zero Impact' sont tout de suite appréciables. Avec notre combo AER Compact 60 3 de référence et l'égalisation à plat (high-input sensitivity enclenché et 'colour' désactivé), le circuit passif livre de la puissance en quantité et le son d'ensemble est très rond et équilibré.

Ce système retient l'essence de leurs sonorités acoustiques, nous n'avons noté aucuns problèmes de larsen apparents et avons constaté une absence totale d'aigus stridents, très peu de quack avec les médiums du piezo. Certains des membres de la rédac' font de la sonorisation live et nous serions très heureux de pouvoir profiter de la qualité d'un tel signal : il offre tous les avantages sans les inconvénients. Le seul bémol est évidemment l'absence totale de contrôles, mais l'ingénieur du son se fera un plaisir de relever ce défi.

L'engouement actuel pour la musique 'new folk' ne peut que jouer en faveur de ces nouveaux modèles de chez Yamaha, même si la marque ne fait pas cette fois dans le style tout acajou. L'important est que Yamaha ait su conserver cette approche intemporelle qui rend ces guitares tout aussi pertinentes en 2014 qu'elles l'auraient été tout au long des 40 années depuis la création de la première série L.

La LL16D est la version luxueuse de cette série. Le look noir élégant de sa table d'harmonie, tout comme le raffinement de ce costume classique ou le chic de cette petite robe de même couleur, ne se démodera jamais.

MusicRadar Note

4,5 / 5 Etoiles
On aime

Sons équilibrés très impressionants, très bon confort de jeu. Qualité de fabrication et composants. Excellent rapport qualité/prix

On regrette

Pas de contrôle côté mais pré-ampli mais l'ingé' son vous dira merci...

Verdict

Cette version chic de la plus commune LL16 ARE offre des caractéristiques superbes à un prix véritablement intéressant.

Pickup

Yamaha SRT Zero Impact pickup

No. of Frets

20

Scale Length (Inches)

25.6

Country of Origin

China

Hardware

Yamaha enclosed, gold tuners

Bridge

Ebony

Weight (lb)

4.96

Back Material

Solid rosewood

Neck Material

Mahogany/rosewood 5-ply

Top Material

Solid Engelmann spruce

Nut

Urea

Sides Material

Solid rosewood

Scale Length (mm)

650

Weight (kg)

2.25

Fingerboard Material

Ebony

Available Finish

Natural, Black (as reviewed) - all gloss urethane

Politique En Matière De Test
Tous les tests produits par MusicRadar sont réalisés par des musiciens spécialistes de leur domaine qui ne sont en aucun cas liés à une quelconque marque ou à un revendeur. Nos experts écrivent également pour des magazines célèbres comme Guitarists, Total Guitar, Computer Music, Future Music et Rythm. Tous font partie du groupe Future PLC, plus grosse maison d'édition et de magazines musicaux au monde.