Découverte : The Kitchies

Fans de Brit Pop

S'ils sont originaires de Nice où le soleil et une eau à 25° font partie intégrante de leur décor, c'est sous la grisaille anglaise que les membres de The Kitchies semblent avoir trouvé leur identité sonore. Le groupe vient de sortir son troisième EP aux accents Brit Pop. Les dates commencent à s'enchaîner et nous serons présents le 15 juin prochain pour les écouter lors de la finale du tremplin Emergenza.

"The Kitchies s'est formé en Angleterre, à Brighton. On y est parti il y a un peu plus de trois ans et on y a passé 6 mois. On est rentré en mars 2011 et c'est à ce moment que le projet a pris sa forme quasi définitive", nous dit Jonathan, chanteur du groupe. "Le bassiste et moi-même sommes partis à Brighton pour suivre des cours d'Anglais (EF Education First),. Là, on a passé un diplôme qui s'appelle le Cambridge Exam. On est vraiment parti pour faire de la musique, et comme nous écrivons en anglais, nous voulions maîtriser cette langue".

Une chose est certaine, si vous aimez la pop sautillante à l'anglaise, l'énergie caractéristique de cet univers, les Kitchies seront votre tasse de thé (anglais le thé évidemment). "On avait tous nos propres délires musicaux. On est aussi parti en Angleterre pour trouver une influence commune, commencer à penser à notre identité musicale. Le fait de venir de différents horizons nous a bloqués au début à Nice, et partir là-bas nous a permis de tout redémarrer à zéro."

Leur passage outre-Manche semble donc avoir agi comme un électrochoc, Florent qui tient la basse et le clavier au sein des Kitchies constate "qu'en Angleterre, la musique c'est quelque chose de culturel, ce qu'on a pas forcément en France. On a fait beaucoup de scènes ouvertes, ce qui nous a permis d'être confrontés à d'autres musiciens qui ont un niveau incroyable. Là-bas, la musique est une religion, ils travaillent pour ça, ils sont très bons, ils ont les bonnes influences".

À Yannick (batterie) d'ajouter : "on est parti là bas pour se mettre dans les starting-blocks. Dans la manière de composer, d'écrire, on arrive maintenant à aller plus vite et à travailler encore mieux ensemble".

Pour réussir à consolider leur force de frappe, le groupe n'est pas resté statique et a tout mis en oeuvre pour faire tourner le nom auprès du plus grand nombre. "On est beaucoup passé par l'intermédiaire de tremplins comme Emergenza, et il faut savoir que la plus grosse force du groupe c'est le live", nous explique le batteur. Pas étonnant de les voir donc en première partie de Skip The Use, à jouer en Off du festival Le Printemps de Bourges.

"On est parti aussi sur le projet de tous être intermittents du spectacle donc grâce aux pubs, aux restaurants, on a pu prétendre avoir ce statut et aujourd'hui on peut prendre plus notre temps pour se plonger à temps plein dans le projet. S'investir à 100% dans un projet est toujours payant au final".

"En Angleterre, la musique est une religion. Ils travaillent pour ça, ils sont très bons, ils ont les bonnes influences". Florent (basse/clavier)

Après avoir rôdé les titres pendant plus d'un mois, The Kitchies attaque les choses sérieuses, d'abord en finale du tremplin Emergenza le 15 juin prochain et en jouant quelques jours plus tard pour la fête de la musique. " On jouera à Paris pour la fête de la musique, Place Gambetta. On passe par l'intermédiaire d'une asso parisienne qui nous a fait jouer dans pas mal d'endroits à Paris. On a fait les dates Off du Printemps de Bourges aussi. Ce n'est pas simple de venir de Nice et de développer le réseau, il faut bouger et montrer aux pros que l'on existe" !

Aujourd'hui, les radios, les médias commencent à s'emparer du phénomène pop/rock. Les choses semblent s'accélérer rapidement. Le groupe cherche désormais un bon tourneur pour jouer encore plus et montrer que sur scène, leur terrain de jeu préféré, ils savent faire danser les foules. Comme quoi, la Brit Pop qui a pris un bon bain de soleil semble avoir un avenir radieux...


Laisser un commentaire Facebook