Révise tes classiques : Ovation Magnum I/II

Des basses de légende que tout bassiste devrait connaître

L'épopée des Ovation Magnum I et II

Ovation sortit sa première guitare basse, la Typhoon, autour des années 1968-1969. Cette semi 'thinline' qui rappelait la Hofner Verithin eut malheureusement peu de succès auprès des musiciens.

La marque, alors déterminée à s'amender, décida de fabriquer ce qu'elle imaginait devenir la meilleure guitare basse de l'époque. Ainsi naquit la Magnum. Il est vrai que cette basse vantait des caractéristiques pour le moins inhabituelles, notamment au niveau des micros.

Les plots du micro chevalet en forme 'U', sont enroulés par paires comme pour un micro splitté, mais le humbucker chevalet quant à lui leur préfère des plots à bobinage individuel. Chaque micro possède par ailleurs son propre contrôle de volume. En résulte du coup un parfait équilibre entre les niveaux d'amplification des cordes, ce qui n'est pas chose négligeable. Le chevalet permet de régler la longueur des cordes avec une grande précision ; les remplacer est donc rapide et aisé.

Afin de pouvoir pleinement mettre la stéréo à profit, la Magnum était pourvue d'un câble splitté pour la sortie jack stéréo. Cette facilité permettait d'utiliser soit les deux canaux d'un ampli basse, soit deux amplis différents pour un son et une puissance énorme. Malheureusement, malgré les sonorités extraordinaires qu'elle produisait, son look peu sexy et son poids conséquent se sont avérés deux défauts significatifs qui ont empêché cette basse d'atteindre la popularité que la marque escomptait. Ovation a par la suite sorti un modèle à double pan coupé dont la forme correspondait plus à la norme et dont le style était moins chargé. Mais cette basse de 1978 n'a pas eu meilleur succès que la Magnum et sa production été discontinuée en 1983.

Ovation Magnum II

Une ruse s'il en est, ou en tout cas un moyen de doubler ses chances, Ovation décida de créer, aux côtés de cette Magnum I passive, la Magnum II, une basse active aux qualités sonores accrûes. L'EQ trois bandes de cet instrument offrait trois options : basses, 400Hz et aigus, chacune en double slider avec un réglage +/- 12dB. L'alimentation du circuit était assurée par deux piles PP9 dont le compartiment se trouvait en dessous de la plaque de protection, au niveau du pan coupé inférieur.

On accédait aux contrôles de volume individuels des plots de humbucker à l'aide d'un tournevis. Une fois le réglage effectué, l'instrument bénéficiait d'un équilibre parfait au niveau des cordes. Ce type de circuit hautement sophistiqué apportait à la Magnum II un son plus clean et plus pêchu à la fois que celui de la version passive. Très avant-gardiste, la Magnum II n'a hélas pas trouvé assez de partisans pour justifier son existence et Ovation a dû mettre un terme à sa production.

Nous tenons vivement à remercier Dave Swift qui a bien voulu mettre ses basses à notre disposition, ainsi que Lars Mullen pour les photos.

Pour en savoir plus sur la série Magnum et sur les basses de 'Révise tes classiques' cliquez ici.


Laisser un commentaire Facebook