Révise tes classiques : la Gibson Les Paul Triumph

Le triomphe de la Gibson Les Paul, en version basse



PRODUCTION : 1972 – 1979/80

ORIGINE : USA

TYPE : Sodid body simple pan coupé, 4-cordes, passive

CORPS : Deux pièces en acajou du Honduras avec binding, bombé

MANCHE : 3 pièces, acajou, collé, 24 frettes médium

DIAPASON : 775 mm (30,5")

TOUCHE : Palissandre avec binding, incrustations bloc en nacre

ACCASTILLAGE : Chromé, chevalet/cordier 4 pontets réglable, cache chevalet, bordures décoratives des micros

MICROS : Deux humbuckers Gibson basse impédance avec caches noirs

CONTRÔLES : Volume, Bass, Treble, sélecteur 3 voies, interrupteur de Tone 3 voies, switch pour sortie à forte ou basse impédance et switch Phase In/Out

CARACTÉRISTIQUES : Circuit électronique basse impédance passif très sophistiqué pour l'époque

FINITIONS : Natural Mahogany ou Blanc

L'AVIS DE MUSICRADAR :

Succédant directement à la Les Paul Professional Bass (qui date peu ou prou des années 1970-72), la Triumph fut présentée comme la version basse du modèle de guitare Les Paul Recording. Elle intégrait des micros basse impédance similaires à ceux de cette dernière, mais qui n'étaient pas, quant à eux, disposés en diagonale.

Le corps de cette basse était légèrement plus large que celui d'une Les Paul classique. Sa table bombée et ses chanfreins en faisaient un instrument assez lourd, mais sa basse impédance permettait d'utiliser des câbles bien plus longs sur scène qu'il nous est donné d'utiliser aujourd'hui.

Cependant, pour ce faire, il fallait disposer d'un câble spécial fourni par Gibson et d'un ampli équipé d'un transformateur intégré. Sans cela, il n'était pas possible de faire fonctionner la basse correctement, d'où l'inclusion du switch pour une sortie haute ou basse impédance qui permettait l'utilisation d'un câble de modèle standard. Malgré ce petit désagrément, le fait que la Triumph était bien plus polyvalente sur le plan sonore que les autres basses Gibson de l'époque faisait d'elle un modèle attrayant.

Les toutes premières Triumph étaient équipées de chevalets/cordiers trois vis réglables entièrement en métal, mais ont été supplantées par une version affinée du modèle avec pontets en nylon. Malgré son potentiel sonore, l'utilisation de la Triumph s'est avérée trop complexe pour la plupart des bassistes et cette basse n'a jamais connu le succès commercial espéré.

La Gibson Les Paul Triumph est un animal exotique assez rare qui vaut la peine d'être débusqué si vous vous sentez l'âme d'un explorateur / d'une exploratrice prêt/prête à défricher la jungle des basses vintage.


Laisser un commentaire Facebook