Révise tes classiques : la Burns Shadows Bass

Des basses de légende que tout bassiste devrait connaître


PRODUCTION : Production originale 1964 -1965

ORIGINE : UK

TYPE : Solidbody, double pan coupé, 4-cordes

CORPS : Aulne d'Amérique

MANCHE : Érable, vissé, 22 frettes médium avec ajout d'une frette zéro

DIAPASON : 851mm

TOUCHE : Palissandre avec petites incrustations en forme de point blanches

ACCASTILLAGE : Chromé, chevalet-cordier Rezo-tube, mécaniques open gear Van Gent avec boutons noirs

MICROS : Trois micros de type Nu-Sonic à l'origine, puis trois Rez-o-Matic Bass par la suite

CONTRÔLES : Volume & deux Tone, sélecteur trois voies

CARACTÉRISTIQUES : Repose-poignet couleur argent, large tête en biseau, plaque de protection 'écaille de tortue' marron ou grise

FINITIONS : Polyester White, Greenburst

L'AVIS DE MUSICRADAR : Quand Hank Marvin des Shadows s'adressa à la marque Burns pour lui demander de lui fabriquer une guitare signature, commande fut également passée pour une basse coordonnée qui allait permettre au groupe d'afficher un look uniformisé.

La Shadows Bass fut donc dûment conçue et fabriquée à l'intention de John Rostill. Elle suscita un tel intérêt qu'elle donna lieu à la production d'une petite série dont les modèles différaient cependant légèrement de la basse de Rostill. La tête de cette dernière portait en effet la mention 'Marvin', et micros et repose-poignet de cet instrument original étaient positionnés suivant un angle décalé.

Le chevalet-cordier Rezo-tube était équipé de quatre embouts tubulaires en aluminium dont le rôle consistait à apporter plus de résonance aux cordes qui passaient au travers du corps. Contrairement à l'accoutumée, le bouton de sangle était situé au dos du pan coupé supérieur plutôt qu'en son sommet.

La production d'origine de la Shadows Bass continua ensuite sous l'égide de la marque Baldwin et se prolongea de 1965 à 1970. Les caractéristiques de la basse évoluèrent alors en proposant une tête allongée en biseau et des mécaniques Schaller de type 'Staggered' (à hauteur échelonnée). À l'heure actuelle, ces instruments-là ne font cependant pas l'objet d'un intérêt particulier.

La réapparition de la marque Burns sur le marché vit la Shadows Bass se manifester à nouveau dans les années 90, obtenant d'ailleurs un succès plus qu'honorable avec une édition très appréciée qui proposait des micros Rez-o-Matic et une version fretless. Vint enfin l'année 2005 durant laquelle Burns à Londres acquit la basse Rostill d'origine et produisit une édition limitée de la Shadows Bass 1964, reprenant le plus fidèlement possible les caractéristiques de ce superbe instrument qui bénéficia par ailleurs d'un chevalet et d'un circuit électronique améliorés. L'addition d'un potard de tone push/push permit alors de gérer les deux combinaisons de micros supplémentaires, et le tout fut accompagné d'un sélecteur cinq voies.

Pour en apprendre davantage sur les basses vintage de Révise Tes Classiques, rendez-vous sur l'article principal.


Laisser un commentaire Facebook