Basses de rock-stars : la Fender Precision de Roger Waters

Comme de nombreux bassistes célèbres, Roger Waters a possédé et utilisé un grand nombre de basses au fil des ans. Aux débuts des Pink Floyd, il jouait sur une Fireglo Rickenbacker 4001S, mais depuis son cœur a clairement penché pour les Fender Precision (il en a utilisé plusieurs).

Notre photo montre la plus significative de ces Precision car c’est celle utilisée sur la plupart des albums des Pink Floyds et surtout sur The Dark Side Of The Moon. Des deux guitares achetées vers 1971, celle-ci porte le numéro de série 347485. Elle a été jouée par Roger et David Gilmour et porte les marques habituelles d’utilisation et les brûlures de cigarette sur la tête qui étaient le lot de nombreux instruments de l’époque.

L’album The Dark Side a été enregistré en deux grandes sessions, en 1972 et 73, dans les studios d’Abbey Road. L’ingénieur Alan Parsons a grandement contribué au son général d’un album qui est devenu l’un des plus vendus de tous les temps. En Amérique, il a atteint les sommets des charts en 1973 et ne les a quittés qu’en 1988. Cet album est celui qui a connu le succès le plus long de tous les temps.

(Cliquez pour agrandir.)

Le rôle de Roger Waters était très important à cette époque. Il officiait plus ou moins en tant que directeur musical pour le groupe et sa participation à cet album a été d’un ordre significatif. Même s’il ne s’agit pas du tout d’un musicien flamboyant, son travail et ses sonorités de basse ont toujours été très solides, comme on peut le constater sur Money, morceau qu’il a composé lui-même.

Mis à part le solo de guitare, tout a été composé en 7/4. Le riff principal a très probablement été écrit sur à la basse et montre bien qu’on pouvait faire du groove sur autre chose qu’un classique 4/4. Enregistré bien avant que les pistes rythmiques ne soient répandues, le morceau accélère du début à la fin. Mais cette poussée naturelle d’adrénaline était courante à l’époque et la plupart des musiciens en font l’expérience lorsqu’ils jouent des morceaux d’une telle puissance en live.

Roger Waters joue surtout au médiator et utilisait des cordes à filet plat Rotosound. Comme on peut le constater, cette basse n’a rien de particulier, bien que son corps et sa plaque de protection entièrement noirs étaient plutôt une combinaison inhabituelle pour l’époque. Fender a récemment lancé une Roger Waters Signature Edition poussant le thème du noir à l’extrême avec une plaque de protection en une seule couche noire, un chevalet anodisé noir et même des boutons d’attache de sangle noires.

Elle est également dotée d’un sillet en laiton et d’un micro split-coil Seymour Duncan Basslines SPB-3 Quarter-Pound. Des caractéristiques plutôt sympas donc. Sur le plan visuel (hormis les commandes), la Squier Freeman P-Bass est une reproduction plus fidèle avec sa plaque de protection trois couches. Mais bon, on fait un peu les difficiles, là !

Quand il a quitté les Pink Floyd, Waters a emporté l’autre basse. Celle-ci est restée dans le groupe et Guy Pratt l’a utilisée sur deux morceaux de l’album The Division Bell, Coming Back To Life et Take It Back.

On dirait pourtant que cette basse à un côté noir / chat noir. En effet, les deux producteurs, Bob Ezrin et Dave Gilmore, l’ont coincée dans une porte lors des sessions de démo pour A Momentary Lapse Of Reason, ce qui leur a valu une bonne beigne à tous les deux ! Aujourdùhui, Waters joue toujours d’une Precision noire sur scène, mais il nous est impossible de savoir s’il s’agit de la même (ou de morceaux restants). À vous Roger…

Vous Aimerez Aussi:


Laisser un commentaire Facebook